AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sujet libre - Un retour secret.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Sujet libre - Un retour secret.   Ven 5 Aoû - 18:23

    Des mois et des mois d'absence, et pourtant, toujours la même émotion. Cheveux cachés sous un bonnet trop grand pour elle, lunettes de soleil sur le nez, Meredith Grey remettait les pieds au Seattle Grace car elle en trouvait enfin le courage. Il faut dire qu'elle était partie un jour sans laisser d'adresse à personne. Tout le monde s'était interrogé sur ce départ soudain, mais elle ne s'était pas laissée approchée et avait passé tout ce temps à se reconstruire ailleurs. Dans un endroit neutre. Un endroit qui n'avait pas cette odeur de mort et d'eau de javel qu'elle aimait tant, pourtant. Elle inspirait à grands poumons depuis qu'elle était entrée. Rien ne semblait avoir changé, et pourtant elle redécouvrait tout. C'était toujours une fourmilière géante, humaine, grouillante, débordée, pleine de vie paradoxalement, bruyante, odorante. Elle se sentait chez elle ici plus que n'importe où, elle se devait de le constater.

    Le vestiaire était vide. De la paume de la main, elle caressa les poignées du casier qu'elle avait tant utilisé, et s'amusait à retrouver collé dessus certains autocollants qu'Alex ou Cristina avaient pu y mettre. L'air était chaud. On avait l'habitude d'étouffer en entrant ici. Encore une chose qui n'a pas changé, pensait-elle. Elle ota son bonnet, délivrant ainsi ses cheveux longs un peu plus brillants que d'habitude. Qu'allait-elle faire, qui allait-elle aller voir, pourquoi était-elle revenue ici, autant de questions dont elle n'avait pas la réponse. Elle ressentait juste la puissance des émotions dans son ventre. Ca, et une angoisse à l'idée que quelqu'un de connu pénètre l'endroit faisait battre ses tempes. Mais elle se sentait en sécurité. Peut-être l'avaient-ils tous oubliée, et qu'elle passerait totalement incognito.

    Afin d'être plus à l'aise, elle déposa son sac à main et son bonnet sur un banc. Il faisait froid dehors, cela faisait rougir son nez de changer de température aussi brusquement. Elle s'en amusa dans la glace. Et elle resta là, à se regarder dans le miroir. Qu'est-ce qui avait changé? Rien en apparence. Elle avait toujours les mêmes yeux clairs, le même teint, les mêmes cheveux châtains. Pourtant il lui semblait être une autre et que cette enveloppe ne collait plus avec l'intérieur. Elle ne savait même pas quelle heure il était, à quelle heure les internes risquaient d'entrer se changer. Tout lui échappait, et pourtant tout lui faisait peur. Mais elle n'arrivait pas à y penser. Elle était de retour au Seattle Grace, c'était tout ce qui lui importait.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Sam 6 Aoû - 17:37


First Day

« Putain ! » Je me redresse dans mon lit, me prenant la poutre du plafond sur le front, je retombe directement au fond du lit, tenant ma tête entre mes deux mains. Je me glisse alors sur le côté, j’ai presque envie de claquer la poutre, amis je m’abstiens, me rappelant ce que les profs de psychologie et philosophie disaient. Il est presque cinq heures du matin, je me réveille à l’avance parce que j’ai eu quelques problèmes techniques pour m’endormir… Non pas une jeune femme, j’aurais bien aimé que ça soit ça en y repensant, mais la seule chose qui m’a accompagné cette nuit dans mon lit, c’était la nausée, donc l’alcool. J’ai pris une cuite, attendez ne me dites pas que vous ne vous êtes pas pris de cuite le jour de votre entrée à l’hôpital ? Je pose mes mains sur mon lavabo, encore habillé des fringues de la veille, oui, je me suis endormit comme ça et je me demande encore comment j’ai fait pour arriver jusqu’ici sain et sauf, j’habite dans le 9ème étage, dans les combles d’un immeubles à vingt minutes à pieds de l’hôpital ou je vais bosser. Je commence à 7 heures, je dois aller voir une résidente, elle doit me prendre en charge en cours d’année. J’étais dans un autre hôpital, en Angleterre avant de venir ici, merci papa.

Oh oui, je me présente, Tobias Valinguan, j’ai 22 ans, je suis anglo-américain. Mon père est un politicien, il vient de s’installer ici et je suis toujours mon père, donc je suis venu m’installer dans cet appartement dans les combles. Je viens de Londres ou j’étudiais la médecine, je suis un très bon élève malgré mon étourderie certain et parfois ma méchanceté. Je suis un vrai requin lorsque je bosse, la concurrence me booste à un point ou je serais capable de ne plus dormir, mais là, il parait que je serais tranquille, personne ne viendra me faire de concurrence avec cette résidente, mais je sais qu’en dehors de ça, ça sera la guerre. Je ne suis pas le genre de mecs qui va vers les gens aussi, je suis plus solitaire, quoi que avec les garçons ça se passe plutôt bien. Je peux être le pire des salopards comme je peux être le meilleur des amis. Je passe mon visage sous le lavabo et je me regarde, j’ai vraiment une sale gueule. Je décide alors de prendre une douche et de mettre mes fringues dans le bac à linge, j’ai l’impression que ma chemise pue la téquila et un peu de vodka aussi. Je vais prendre deux trois cachets d’aspirines et je me change, j’enfile un jean bleu foncé, une chemise, je mets ma ceinture, je prends des clopes, mon portefeuille et mon sac en bandoulières.

Il est six heures, je me casse au boulot, je serais en avance et je m’en balance, mieux vaut arriver tôt que tard. De plus, je n’aime pas arriver en retard, ça donne mauvaise impression le premier jour. J’ai déjà fait une année en Angleterre d’internat, je suis à ma deuxième année, je dois la finir ici. Je sifflote doucement le long du chemin, comprenant que j’aurais dû mettre une veste, parce qu’en chemise manches courtes j’ai froid. Fumant tranquillement je prends mon temps, j’en profite pour trouver deux trois endroits sympas ou venir passer la soirée. Je m’arrête devant le bar de chez Joe, devant la fenêtre je veux deux médecins en blouse avachis sur le comptoir, cette image me fait sourire. J’avance vers l’hôpital, j’entre les mains dans les poches, je vais saluer une infirmière lui donnant des papiers et elle m’indique les vestiaires ainsi que le nom de ma résidente, Meredith Grey. Je suis les instructions et je me retrouve dans les vestiaires, un casier m’y attend déjà. Sifflotant un air de guitare de ma composition j’ente bousculant la porte d’un coup de hanche, je remarque alors que non, je ne suis pas seul. « Bonjour ! » Dis-je d’une voix enjouée quoi que bien endormie. Je vais à côté de la jeune femme pour mettre mon sac dans mon casier, c’est là que je remarque son badge, c’est Meredith. « Meredith Grey ? » Je lui tends ma main avec un grand sourire. « Tobias Valinguan, je suis votre nouvel interne ! »

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Sam 6 Aoû - 20:11

    La porte s'était ouverte d'un coup, et voilà que je me retrouvais comme une gamine coupable qu'on aurait pris sur le fait en train de faire un mauvais coup. Ne pas perdre de prestance, ne pas perdre de prestance. Bien que l'envie de fuir est là, je ne sais plus ce que je suis venue faire ici, ni pourquoi, ni comment, j'ai juste envie de m'en aller mais il est là, et bien là, et voilà qu'il me salue. Je réponds timidement, sur mes gardes.

    Bonjour...

    Il est plutôt grand. Avec un air enjoué qui ne va pas du tout avec la tête que je fais en ce moment. Je pourrais partir maintenant, mais quelque chose, je ne sais quoi, me retiens. J'attrape mon bonnet dans le but de l'enfoncer sur ma tête, j'ai retrouvé un peu mes esprits et je suis prête à partir à nouveau, mais voilà qu'il continue. « Meredith Grey ? » Merde, mon badge. J'avais bien été obligée de l'accrocher à mon pull pour pouvoir accéder à cet endroit après deux ans d'absence. Et il l'avait remarqué. Oui, c'est bien moi. Je lui fais un petit sourire forcé pour le montrer. Je n'ai aucune envie de faire la conversation, encore moins avec quelqu'un qui sait comment je m'appelle et ce que je peux valoir au niveau médical. J'enfonce mon bonnet sur mes oreilles, et retire mes lunettes noires pour les mettre dans ma poche. Maintenant que je suis reconnue, elles ne me servent plus à rien.« Tobias Valinguan, je suis votre nouvel interne ! » Il avançait la main vers moi. Que faire? Machinalement, j'avançais la mienne pour la serrer. La politesse avait toujours été une de mes valeurs. Ce qu'il venait de dire n'avait pas tout de suite fait «tilt », il faut dire qu'il était six heures du matin et que je n'avais pas dormi. J'avais passé la soirée de la veille chez Joe, à lui raconter mes déboires et à vider son stock de téquila.

    Heu... Il doit y avoir une erreur... Je ne travaille plus ici.

    J'espérais qu'il se contenterait de mes explications. Me retrouver avec des internes, après tout ce temps, j'en étais incapable. J'avais perdu de mon niveau pendant ces deux années en France, surtout que je n'avais absolument pas pratiqué. La médecine était une chose enterrée pour moi. Définitivement. Je m'en auto-persuadais. Prise de remords, je me dis que je ne pouvais pas le laisser seul ici, il semblait un peu perdu. Je décidais de lui donner un renseignement.

    Vous devriez retourner à l'accueil. Ils sauront vous renseigner.

    Là, j'étais prête à partir. J'attrapais donc mon sac et me dirigeais vers la porte, bien qu'il barrait le passage.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Sam 6 Aoû - 20:26

« Attendez non ! On m’a parlé de vous ! » Dis-je d’une voix un peu plus forte, je mets mes mains devant moi avec un sourire un peu désolé. « Le chef m’a dit que vous êtes partie deux ans… » J’essaye vaguement de me rappeler ce que le chef m’avait dit sur elle, je ne m’en souviens plus trop à vrai dire, foutu alcool ! « Je sais que vous n’avez plus exercé la médecine… Peut-être que je pourrais vous motiver à reprendre ? »Un sourire, plutôt sur de moi prend forme sur mon visage. Je ne suis pas prêt à lâcher le morceau, le chef m’a dit de la pousser dans ses derniers retranchements s’il le fallait. Il m’a dit qu’elle a du talent et qu’il ne faut pas qu’elle parte, il veut qu’elle reste, comme si au fond, il avait besoin d’elle. Je me suis chargé de cette mission. « Vous savez, je ne suis pas un interne de première année, j’étais en Angleterre avant… » Mais ta gueule Tobias, tu ne vas pas lui parler de toi, elle doit en avoir strictement rien à foutre. « Vous devez en avoir rien à faire en fait… » Je passe ma main sur mon visage soupirant doucement, je ne sais pas comment faire, je n’ai pas l’habitude de supplier les filles.

Je reste en face d’elle avec un léger sourire, bientôt je vais mettre un genou à terre et la supplier de me prendre, parce que si elle refuse, je devrais m’en aller. Je devrais trouver un nouvel hôpital puisque mon père veut que je bosse, alors que je me contenterais bien de mon diplôme de secouriste et de ma passion pour la musique afin de vivre. « Je suis désolé de vous obliger… Enfin, non je vous oblige pas, mais je dois vous convaincre de rester… » Je prends un ton de voix plus bas, un sourire désolé et un regard limite suppliant. Cependant, j’ai l’impression qu’avec cette femme cela ne va pas faire mouche, je ne pense pas que ça va marcher. Elle a l’air différent en plus d’être jolie. Tobias ta gueule encore une fois, t’est pas censé trouver ta future ex ou pas ex supérieure sexy. En tout cas, si elle refuse, je me donne la mission de la croiser une nouvelle fois et de l’inviter boire un verre en ma compagnie.

Je ne vais pas lui dire que si elle refuse je vais devoir entreprendre de nouvelles recherches pour mon boulot, je ne veux pas qu’elle s’apitoie sur mon sort. « Vous savez, je peux peut-être vous aider pour récupérer votre niveau… » Dis-je la tête basse, je suis à court d’arguments, en plus elle doit me trouver trop bavard, ce que manifestement elle n’est pas. Mais merde quoi, ce n’est pas mon boulot de faire ça, moi je sauve des vies.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Sam 6 Aoû - 20:55

    Meredith l'écouta parler, se montrant tantôt amusée, tantôt touchée. Elle n'était pas du genre à aimer posséder un certain pouvoir sur une personne, ni à se sentir flattée, car elle manquait totalement d'estime et de confiance en elle pour cela. Il était plutôt mignon avec les airs enfantins qu'il prenait parfois. Elle ne perdit cependant pas une miette de ce qu'il lui disait.

    Comment...

    Non, elle ne pouvait pas poser cette question. Comment Richard savait-il qu'elle était revenue? Elle n'avait encore croisé personne de sa connaissance depuis son retour à Seattle. Et pourquoi elle, absolument? Pourquoi ce besoin, cette envie, cette insistance? Bien sûr, il l'avait expliqué, mais elle ne savait pas pourquoi, elle sentait que quelque chose se cachait derrière tout ça. Fatiguée par sa soirée de la veille, elle laissa sa langue se délier.

    Comment Richard sait que je suis ici?


    Elle ne savait par où commencer. Elle avait mille questions en tête, mais sa tête était en vrac à cause de la tequila de la veille. Elle n'arrivait plus à décerner ce qu'elle pouvait dire, ou ne pas dire, faire ou ne pas faire. Elle retira son bonnet, il faisait vraiment chaud ici, et elle commençait à se plaire un peu trop. Il fallait qu'elle parte vite, elle le sentait, elle était influençable et ce garçon avait l'air de savoir s'y prendre pour parler à une femme.

    Ecoutez, j'ai passé la nuit dans un bar, je suis fatiguée, je ne sais pas qui vous a mit ces idées en tête mais je suis certaine que vous trouverez un meilleur résident que moi pour vous occuper de vous ici.

    Son bonnet à la main, elle avait lâché depuis longtemps la poignée de la porte au fil de la discussion, et elle était à présent totalement perdue.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Sam 6 Aoû - 21:10

« Richard ? C’est qui lui ? » Je demande en haussant un sourcil, elle doit se méprendre ce n’est pas lui le chef du service de chirurgie, faut dire qu’après deux ans d’absence, des choses ont dû changer. Je croise mes bras sur mon torse gardant un air interloqué. « C’est le docteur Shepherd le chef de chirurgie… » Je ne sais même pas qui est Richard, c’est peut-être l’ancien chef du service. Je ne veux pas qu’elle s’en aille bordel, il faut que j’arrive à la convaincre, c’est mon avenir que je veux passer ici. Je dois pas abandonner, ressaisis toi Tobias, t’en a vu d’autres des filles tenaces, même si ce n’est pas pour la même chose. Mais comme je le disais avant, en temps normal, je n’ai pas besoin de beaucoup de temps pour charmer une fille. Mais ici c’est totalement différent. Je fronce les sourcils lorsqu’elle me dit qu’elle a passé la soirée au bar, je ne peux m’empêcher de sourire. On a un point commun, c’est vrai que maintenant que je regarde, elle des petites cernes significatives que elle aussi elle a un peu forcé sur la boisson hier soir.

C’est cool, au moins elle sait s’amuser. « Vous aussi ? » Je souris en coin. J'essaye de mettre un peu de sympathie dans le ton que je viens d’employer. Je secoue la tête légèrement sur le côté, je reste bien en face d’elle, je ne suis pas décidé à la laisser s’en aller, manifestement le fait d’avoir évoqué Derek a chamboulé quelque chose chez elle, elle semble perdue. Cela ne m’étonnerait même pas qu’elle ait eu une relation avec cet homme, il est tout à fait charmant, c’est un homme de grande classe, impartial, ouvert. Quoi que je dois avouer que son visage était un peu fermé lorsqu’il parlait d’elle, de Miss Grey, il ne prenait pas la peine de l’appeler par son prénom, il a dut se passer quelque chose entre eux deux. Je devrais me renseigner, ou pas, je ne suis pas friand de ragots en tout genre, mais son histoire à elle, elle m’intrigue. Je garde mes bras croisés sur mon torse, je crois que je vais devoir lui dire que si elle refuse je vais devoir changer d’hôpital et reprendre des recherches. « Vous avez l’air intelligente, je suis sûr que vous l’êtes, il parait que la chirurgie et vous c’était le grand amour quand vous étiez encore là… Ne laissez pas cette passion vous quitter… » Je sais que pour vouloir devenir chirurgien il faut en avoir envie, parce que les études, c’est long, chiant et ça demande énormément de travail. Elle gâcherait sa vie si elle s’arrêtait là, en étant résidente et puis, elle devrait heureuse que quelqu’un propose de la reprendre après deux ans d’inactivité. Je la fixe, attendant sagement une réponse, je ne pense pas avoir gagné, elle a l’air tenace, mais j’ai l’impression de ne pas être loin.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Dim 7 Aoû - 13:48

    « Richard ? C’est qui lui ? » Je ne comprenais plus rien. Il me parle du chef de chirurgie, et il ne sait pas qui est Richard Webber? J'ai envie de lui demander s'il se moque de moi, mais il continue à parler. « C’est le docteur Shepherd le chef de chirurgie… » Derek. Je pâlis malgré moi. Derek chef de chirurgie. C'était à prévoir. C'était le seul à avoir le charisme pour prendre la suite de Richard, et sa proximité avec moi avait beaucoup joué dans l'influence du vieil homme. Richard avait été comme un père de substitution, enfin, c'est ce qu'il aurait voulu, mais je n'avais jamais voulu lui laisser jouer ce rôle. Où était-il aujourd'hui? Que faisait-il? Le voir sans lien avec la chirurgie semblait une chose impossible.
    « Vous aussi ? » Il souriait. Cela m'adoucit un peu. Je lui souriais à mon tour. J'étais toujours sous le choc de savoir que Derek était le chef de chirurgie et surtout qu'il savait que j'étais ici. M'avait-il aperçue quand j'étais entrée? Impossible, j'avais fait attention à rentrer mes cheveux sous mon bonnet et à mettre des lunettes de soleil. Impossible. Le mystère restait entier. Il fallait que je m'assoie. Je n'avais rien avalé depuis le midi de la veille et les effluves de tequila qui me parvenaient encore au cerveau n'arrangeaient rien. Une fois posée sur le banc, je soupirais. Toute cette pression. Tout ce que j'avais quitté pendant deux ans me revenait avec une telle force en pleine face que j'avais l'impression de prendre claque sur claque.
    « Vous avez l’air intelligente, je suis sûr que vous l’êtes, il parait que la chirurgie et vous c’était le grand amour quand vous étiez encore là… Ne laissez pas cette passion vous quitter… » La passion. Etait-ce vraiment la chirurgie que j'avais aimé passionnément, ou juste Derek? Je n'en savais plus rien aujourd'hui. Moi qui était partie pour répondre à toutes les questions que je me posais, je revenais avec encore plus dans mes bagages. C'était gagné. Complètement perdue dans mes pensées, je réalisais que je n'avais pas encore décroché un mot à l'interne.

    Derek vous a parlé de moi?

    C'était la seule chose qui comptait à présent. Je ne me préoccupais plus de l'avenir de mon soit-disant interne. Derek. La pensée obsédante. La pensée omniprésente depuis mon retour.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Dim 7 Aoû - 14:20

Mais merde, pourquoi est-ce qu’elle ne me dit rien ? Je n’aime pas être dans le silence, je vais encore parler tout le temps animer la conversation. Je parle trop, et je le sais, mais je n’aime pas le silence, je ne suis pas à l’aise. Je bouge le bout de mes doigts alors qu’elle s’installe sur le banc. Putain, j’ai dû dire quelque chose qui ne fallait pas. Je m’approche d’elle. Elle a l’air chamboulé, perdu. Je pose un genou à terre, l’air inquiet. Je remets une mèche de mes cheveux qui se baladait devant mes yeux. Je la regarde sans un mot, c’est là qu’elle me demande si Derek à parler d‘elle. Donc, j’avais effectivement raison, il s’est passé quelque chose entre elle et Derek. Je fronce les sourcils, je fouille dans ma mémoire, j’essaye de me rappeler de ses propos exacts, mais rien, je n’ai que son regard qui me revient à l’esprit et quelques vagues paroles. Bon Tobias, interprète. « Écoutez… Il avait l’air de tenir à vous, il avait un air plutôt nostalgique je dirais… » Je passe ma main sur mon menton réfléchissant un peu. Cependant, je ne sais pas si je lui dis tout le positif sans le négatif ou les deux ensembles. « Je dirais aussi triste, j’ai eu l’impression en l’entendant parler de vous qu’il s’était passé quelque chose… » Que dire de plus ? Je baisse la tête posant mes deux mains sur mon genou gauche, je réfléchis.

« Il n’a pas tacitement parlez de vous en tant que quelqu’un qu’il a connu personnellement, mais il a appuyé sur le fait que vous êtes une très bonne chirurgienne… » Je pense alors à la mère de Meredith, le docteur Grey, cette femme de renom, elle a tout révolutionné, une vraie femme chirurgienne, j’ai lu pas mal de livres sur elle. Oui, même en Angleterre elle est connue. Je relève mes yeux pour regarder Meredith elle a l’air encore plus perdue que tout à l’heure, je savais que j’aurais dû omettre certains détails, je ne sais pas comment elle va réagir, qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir faire. Mais je ne veux qu’une seule chose moi, qu’elle accepte de me prendre que je puisse travaille au lieu de chercher encore un endroit pour bosser, mon père serait capable de m’égorger. J’avale difficilement ma salive, j’imagine déjà mon père hurlant dans son bureau, frappant celui-ci avec ses deux poings fermés et en me disant que je suis un incapable, que mes frères sont bien mieux que moi. J’ai l’habitude, je suis le petit dernier de la famille, je ne suis pas le plus gâté, mais je suis le plus mis à l’épreuve, mes deux autres frères sont connus, l’un est diplomate, l’autre un juge très réputé à Londres & moi je suis quoi ? Un jeune interne qui joue de la musique dans des bars. Selon mon père je ne suis pas un modèle de réussite, il me pousse toujours à bouts. Je n’ai pas le droit d’échouer, s’il vous plait Meredith, je ferais tout ce que vous voudrez.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Dim 7 Aoû - 14:36

    Je l'écoutais me parler de Derek et j'aurai voulu qu'il ne s'arrête jamais. C'était clair, je ressentais encore quelque chose pour lui. Lueur de lucidité après une bonne cuite, complètement pathétique et ridicule. Pourtant je n'aurai jamais le courage d'aller le voir. De me retrouver face à lui. J'espérais ne pas le croiser quand je repartirais alors que je mourrai d'envie de le revoir. J'avais toujours été paradoxale mais là j'atteignais mon paroxysme. Derek appuyant sur mes qualités de chirurgienne, c'était plutôt mauvais signe. Mais au moins, il ne m'avait pas oubliée. J'aurai tellement voulu être là pendant la conversation, tellement voulu savoir ce que Derek pensait. Et s'il entrait ici? Tout d'un coup, cette éventualité me donna mal au ventre, et je m'en inquiétais.

    Rassurez-moi... Il ne risque pas d'entrer ici? Il ne sait pas que je suis là?

    Je n'étais absolument pas préparée. J'avais un vieux pull, les cheveux tout emmêlés, non, décidément, je ne pouvais pas revoir Derek aujourd'hui, pas comme ça, pas après deux ans. Pour la première fois de ma vie je me mis à me ronger les ongles. Mon mal de ventre ne me quittait pas. Peut-être que la tequila avait du mal à passer, à moins que ce ne soit la nouvelle de Derek. Je descendis d'un cran, m'asseyant par terre en m'appuyant le dos contre le banc, pour me mettre à la hauteur de l'interne. On avait l'air aussi perdu l'un que l'autre, et il semblait que l'on n'avait rien d'autre que nous-mêmes à qui nous raccrocher dans cet hôpital.

    Je suis désolée de ne pas être la Meredith Grey que vous attendiez. Je suis partie pendant deux ans, vous savez, ce n'est pas, ce n'est pas...

    Là c'était trop, il fallait que je vomisse. Je me levais d'un bond et me précipitait vers les toilettes, faisant claquer la porte.


__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Dim 7 Aoû - 15:00

Est-ce que Derek sait qu’elle est ici, je ne sais pas, mais je crois qu’il savait qu’elle allait revenir un jour, sinon, je ne serais pas là à attendre qu’elle revienne afin que je puisse avoir mon travail. Quand j’avais demandé au docteur Shepherd quel jour je devais venir pour rencontrer ma résidente, elle avait haussé les épaules de manière énigmatique, il m’avait dit d’être patient. J’ai cru que j’allais lui hurler dessus ce jour-là, je crois que je suis trop patient, j’en avais marre d’attendre, j’avais besoin de venir, c’est pourquoi je suis venu aujourd’hui et c’est avec une chance inouïe qu’elle est là. Je ne veux pas qu’elle s’en aille, je veux que l’on puisse discuter tranquillement, qu’elle s’explique, que j’essaye aussi de la convaincre de rester, de tout reprendre. J’ai l’impression qu’on est tous les deux des naufragés. On dirait qu’elle s’accroche à Derek plus qu’il n’y parait. « Non, rassurez-vous, je ne pense pas qu’il sait que vous êtes là, à vrai dire, moi non plus je ne pensais pas tomber sur vous, personne ne doit savoir que vous êtes là, à moins que quelqu’un vous ai vu dans l’hôpital… » Je hausse les épaules, j’en doute un peu, elle a du se cacher avec son bonnet, celui qu’elle triture depuis tout à l’heure. Maintenant, elle se ronge les ongles, elle change de tactique.

Assise à mon niveau, la voilà qui s’excuse de ne pas être la Meredith Grey que je pensais trouver. Je souris, largement, tendrement. Je m’en fous, je suis plutôt content qu’elle soit comme ça, elle est digne d’intérêt, elle a l’air d’avoir besoin de calme, d’écoute, mais aussi qu’on lui parle de Derek, quand on le fait, elle boit les paroles comme si c’était vital pour elle, elle semblerait presque amoureuse. Elle tente de continuer sa phrase, mais la voilà qui se redresse, elle va vomir dans les toilettes, j’entends la porte qui claque et les bruits significatifs. Je me redresse afin d’aller prendre une serviette, de la mouiller légèrement et de la lui tendre lorsqu’elle aura fini. Je reste contre la porte, je tends juste mon bras, je ne la regarde pas. Je ne veux pas la mettre mal à l’aise, mais je crois que justement, en ne voulant pas le faire, je l’ai fait à cause de Derek. « Est-ce que ça va aller ? » Je demande ça d’une petite voix inquiète. L’alcool qu’elle a dû ingurgiter cette nuit fait sa sortie. J’ai de la chance que ça ne soit pas ça de mon côté. Je me remercie de tenir à peu près bien l’alcool, je dis à peu près parce que je ne sais toujours pas comment est-ce que j’ai fait pour me retrouver dans mon lit. Ça me fait sourire, mais quand on va me le dire, je pense que ça sera moins comique.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Dim 7 Aoû - 15:24

    Vomir ses tripes, il n'y a rien de plus désagréable quand on n'a pas mangé. Le liquide écœurant de la tequila lui remontait le long de la gorge dans un filet acide qui lui brûlait tout l'intérieur. Plusieurs fois de suite, elle eut un haut-le-cœur, se tenant les cheveux d'une main, la cuvette des toilettes de l'autre. Décidément, ce n'était pas son jour.« Est-ce que ça va aller ? » Je n'osais plus sortir des toilettes, je devais avoir une mine horrible, et en plus sentir le vomi, on fait mieux pour marquer son autorité un jour de rencontre interne-résident.

    Oh non, la cata. Je suis peut-être votre future chef et vous venez de me voir dans une situation très embarrassante.

    Sans le vouloir, elle venait de montrer ici qu'elle était prête à changer d'avis et que son « non » n'était pas définitif. Je tirais la chasse d'eau et m'apprêtait à me diriger vers le lavabo quand je le vis me tendre une serviette. Serviette qu'elle s'empressa de se passer sur le visage. L'humidité faisait du bien. Elle le remercia d'un sourire.

    Il ne s'intéressera plus à moi. Je suis partie il y a deux ans sans rien lui dire, et sans donner de nouvelles, et je débarque deux ans plus tard comme une fleur. Je pensais que je l'aurai oublié, ou que lui m'aurait oublié, et je me rends compte que je n'en ai plus envie. Vous trouvez pas ça dingue.

    Elle redressa la tête pour regarder l'interne dans les yeux. Il semblait tout à fait étranger à mon problème et c'était bien normal.

    Non, vous trouvez pas ça dingue.

    Je me dirigeais vers les lavabos pour me laver les mains et passer un coup d'eau sur mon visage.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Lun 8 Aoû - 0:29

Elle finit ce qu’elle faisait dans les toilettes et s’empare de la serviette que je lui tendais à l’aveuglette. Je suis contente qu’elle la prenne. Je souris largement à ce qu’elle vient de me dire, elle va peut-être être ma future chef. Mon cœur fait un bond dans ma poitrine, cela voudrait donc dire qu’elle va peut-être me prendre. Je vois qu’on approche du but que je veux atteindre depuis le début de cette conversation, qui faut le dire n’a pas tournée dans le sens que je désirais, mais tant pis. Je suis contente de connaitre cette jeune femme. Elle est plutôt intrigante et j’aime les femmes intrigantes, je suis persuadé qu’elle et moi, on va bien s‘entendre. « Vous savez, ce n’est pas grave, je ne juge pas les gens, on a tous le droit à faire la fête, on a tous une vie en dehors du boulot et puis, je ne crois pas être le mieux placé pour faire une quelconque remarque… » Après tout, moi aussi j’ai la gueule de bois, sauf que cela se voit un peu moins, je remercie les cachets. Je vous jure que si elle avait vu ma tête ce matin, elle se serait enfuit en courant. Je faisais fuir n’importe qui ce matin avec ma gueule de cadavre fraichement déterré. Je me gratte l’arrière du crâne nerveusement, mais ça va aller. Elle se place alors devant moi, je la regarde et elle commence à me parler, un petit monologue à elle toute seule.

J’écoute attentivement, même si je ne comprends pas grand-chose, à vrai dire, je ne connais rien d’elle et du docteur Shepherd, je viens d’arriver, je veux juste bosser. Cependant, je m’intéresse à ce qu’elle me dit et j’écoute attentivement. « Quand on aime quelqu’un, on ne peut pas l’oublier, même après deux ans… Vous ne lisez pas des romans d’amour ? » Et voilà Tobias la fleur bleu, ami du romantisme bonjour. « On peut passer sa vie à aimer la même personne, à l’attendre, à souffrir… » je la regarde le plus sérieusement du monde, bien que je crois qu’elle va se moquer de moi, je ne pense pas qu’elle connait beaucoup de mecs de mon âge qui lisent des romans romantiques. J’adore lire, je lis de tout, je m’instruis, j’ai une grande culture. Cependant, je ne comprends pas vraiment ce qu’elle veut me faire comprendre en me disant qu’elle n’a plus envie. Je fronce les sourcils et je la fixe d’un regard interloqué, j’aimerai bien qu’elle éclaire ma lanterne. « Je ne trouve pas ça dingue vous savez… » Je hausse les épaules, il y a des gens qui font bien pire qu’elle. Cependant, si j’ai bien lu sur le visage de ce fameux Derek, il est loin de l’avoir oublié, elle doit encore occuper une énorme place dans son cœur. Cependant, je vais omettre de le lui dire, on ne sait jamais quelle pourrait être sa réaction.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Lun 8 Aoû - 0:46

    Ca me faisait du bien de discuter, de vider un peu ce que j'avais sur le coeur. C'était toujours plus facile devant un inconnu, c'est bien connu. J'avais dû pas mal parlé hier chez Joe, vu mon état de ce matin, raconter ma vie à n'importe quel bel étranger venu m'accoster au bar. Je restais rarement en seule compagnie de ma tequila, et c'était pour cela que j'aimais autant ce bar. Il avait été dans le passé le lieu idéal pour faire des conquêtes. Mais depuis mon retour de Paris, je m'étais renfermée, et faire des rencontres n'était plus ce que je recherchais.
    Je devais encore être un peu pâle. Avaler quelque chose était sûrement tout ce dont j'avais besoin, mais la moindre idée d'avaler quelque chose me donnait immédiatement la nausée. J'étais pourtant une habituée de la gueule de bois. Peut-être que le décalage horaire ne m'avait pas réussi. Me passant la serviette sur le visage en tapotant doucement, je lui répondis.

    Vous avez l'air de savoir vous amuser. Enfin je veux dire, vous n'avez pas la tête du premier de classe intello et boutonneux. Enfin je veux dire vous avez raison.

    Mon dieu, l'alcool devait encore être présent à un pourcentage assez élevé dans mon sang. Mes paroles n'avaient aucun rapport les unes avec les autres et j'avais du mal à établir une phrase correcte. Alors me lancer dans un débat pour devenir résidente ou non... « Vous ne lisez pas des romans d’amour ? » Je le regardais fixement, interloquée. La lecture, c'était pas trop mon truc, à part les bouquins de médecine. Il faut dire qu'à part le médical, rien ne m'avait intéressée jusqu'à cette période de ma vie.

    Non. Vous en lisez ?

    Je ne le regardais plus de la même façon. Décidément, il avait l'air d'être un garçon intelligent et plein de ressources. S'il avait effectivement pris une cuite hier soir, il s'en tirait remarquablement bien. Je suis minable, pensais-je. « On peut passer sa vie à aimer la même personne, à l’attendre, à souffrir… » Il avait sûrement raison, et je le savais. Pourtant, je n'arrivais pas à m'y résoudre. Je soupirais, arrêtant de me mouiller le visage avec la serviette pour la déposer dans un coin.

    Restez à distance, je dois avoir l'haleine d'un poney enrhumé.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Lun 8 Aoû - 1:30

Vous voyez, je savais que ça allait la surprendre le fait que je lise des livres romantiques. J’étais un peu le mec bizarre à l’école, comme elle dit, j’étais l’intello sans les boutons, arrogant, déplacé. J’étais un vrai connard quand j’étais jeune et puis comme tous les garçons, je suis tombé amoureux de la plus belle fille de mon collège, je faisais mon cake devant elle, je jouais les dur, je la séduisais, par la force et quand ses parents sont morts, qu’elle a eu besoin de moi, j’ai perdu tous mes moyens, je l’ai abandonné dans les limbes de la tristesse. Je m’en suis voulu parce que lorsque j’ai voulu m’excuse, m’expliquer auprès d’elle, elle en avait un autre. Elle en aimait un autre, j’étais finit. Je lui ais avoué mon amour, je le disais que je ne pouvais pas vivre sans elle, mais je n’avais que 15 ans. Elle m’a abandonné, elle ne me croyait pas vu le mal que je lui avais fait subir avant. Je n’avais pas été là pour elle, elle avait donc raison de me rejeter. Je m’en suis voulu et j’ai changé à partir de ce moment-là, je suis resté l’intello de service, mais je suis devenu plus gentil, quoi que plus solitaire, je m’enfermais dans mes lectures, passionnantes et enrichissantes. « Oui, j’en lis, dès que j’ai un peu de temps devant moi, j’ouvre un bon livre… » Je souris doucement à la fin de ma phrase.

« Je sais, des mecs comme moi qui lisent des livres de fillettes, il n’y en a pas des tonnes mais rassurez-vous, je ne suis pas homosexuel… » Je ne sais pas du tout, pourquoi je suis en train de lui parler de ma sexualité. Je passe ma main sur mon visage de haut en bas, me maudissant intérieurement. Quel con je peux faire parfois, elle va croire que je la drague et qu’en plus, je le fais mal. Je fais quelques pas sur le côté gardant mes mains dans mes poches. Je me demande bien quel jour je vais pouvoir bosser ici, parce qu’elle n’a pas l’air super en forme pour bosser aujourd’hui et puis si elle veut le faire, je vais simplement lui dire que c’est un mauvaise idée et que en tant que grand garçon, je peux attendre un peu, j’aurais un peu de temps pour me remettre de ma soirée, parce que je sens la fatigue s’accumule doucement, je vais pas tarder à bailler aux corneilles. Je pense qu’une bonne journée au lit ou sur le canapé ne ferait pas de mal à la belle larve que je suis. « Vous inquiètes pas, je connais bien ! » Je hausse les épaules avant de fouiller dans mon sac. J’en sors un petit paquet de bonbons à la menthe. Elle a de la chance, j’ai du mettre ce paquet hier soir dans mon sac puisqu’il est tout neuf. « Tenez… » Dis-je dans un sourire, j’essaye de l’aider, on peut bien être amis après tout, non ?

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Lun 8 Aoû - 13:54

    Je m'essayais à nouveau sur le banc en l'écoutant parler. A vrai dire, je rêvais de prendre une douche et de me jeter dans mon lit, mais je me sentais trop seule depuis mon retour ici. Je n'avais aucune envie de me retrouver dans la grande maison vide de mon enfance et de me retrouver là où j'avais tout plein de souvenirs avec Izzie, George, Derek et les autres. Je baillais en me cachant derrière ma main. « Je sais, des mecs comme moi qui lisent des livres de fillettes, il n’y en a pas des tonnes mais rassurez-vous, je ne suis pas homosexuel… » Je me mis à rire légèrement. Il me faisait penser à George. Combien de fois on l'avait taquiné à ce sujet, il ne l'avait pas toujours bien pris. Je baillais une nouvelle fois, les yeux plein d'eau. « Vous inquiètez pas, je connais bien ! » Je souriais doucement. Décidément, il me faisait vraiment penser à George. J'étais un peu nostalgique et l'alcool dans mon sang ne m'aidait pas. Je vis soudain le jeune interne me tendre quelque chose, me tirant ainsi de mes pensées néfastes. « Tenez… » Un bonbon à la menthe. Aussitôt, je pensais à Derek. C'était sa petite manie d'en avoir toujours dans sa poche. Je le pris de bon coeur et le mit dans ma bouche, même si je redoutais un peu que cela ne relance mes haut-le-coeur.

    Merci...

    Il y eut un faible silence entre nous, mais qui ne nous mit en rien mal à l'aise. Il faut dire qu'en peu de temps il y avait eu pas mal de rebondissements depuis notre rencontre. Je poussais mon sac à main pour l'inciter à s'assoir près de moi. Il me donnait le tournis à s'agiter dans tous les sens.

    Je ne sais même pas comment vous vous appelez.

    Je le dévisageais réellement pour la première fois. Il était plutôt joli garçon, avait de la conversation, et il était même drôle. Aucun doute qu'il ferait des ravages ici.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Mar 9 Aoû - 2:22

Bah voilà, un petit merci sort de sa bouche. J’en suis ravi, j’ai l’impression de servir à quelque chose. Je savais bien qu’un jour ces pastilles allaient servir à quelque chose, je suis plus chewing-gum après la cigarette moi, mais quand on a une réunion, un bonbon, ça passe plus inaperçu. Mais j’aime bien mâcher quelque chose. Tant pis, je prends une pastille tout comme elle afin de m’occuper l’esprit. Je prie toujours en moi afin qu’elle accepte de me prendre, je n’ai pas envie d’entendre mon père me dire que je suis un incapable et que je ne vaux rien vis-à-vis de mes frères. « J’espère sincèrement que vous allez me prendre, je ne vais pas vous décevoir… » Je la regarde dans les yeux, c’est presque une supplication. J’espère qu’elle ne va pas m’en vouloir, je ne veux pas qu’elle croit que je l’oblige. Cette phrase est sortie toute seule de ma bouche, d’ailleurs, je donnerais ma main à couper qu’elle va me demander ce qui me pousse à faire ce que je fais là. Dès qu’on a commencé à parler tous les deux, je savais que la partie n’était pas gagnée d’avance et pourtant, j’ai continué, j’ai presque combattu. Mais je me dis que si elle refuse, je vais peut-être gagner une amie, on ne sait jamais, j’essaye de voir les choses d’un côté positif avant de tomber sur les foudres de mon père. Je me gratte le menton nerveusement avant qu’elle ne me fasse signe de s’assoir à côté d’elle.

Je pose mes fesses sur le banc dans un léger soupir, en fait, je commence à avoir mal à la tête, je réfléchis trop, je devrais arrêter de me faire des films et je me sentirais mieux. Je tourne ma tête de son côté et je la regarde, je lui souris aussi. « Tobias… » C’est mon prénom, je lui ai dit au début de notre entrevue, mais manifestement elle a dut oublier, je ne peux pas lui en vouloir. Je prends mon visage entre mes mains avant de bailler aux corneilles. Je me cache pour ne pas paraitre impoli. A la maison, bailler comme je le fais, ça mériterait une claque monumentale de la part de père. Je voue un culte à mon père, mais je le crains d’un autre côté. Regardez, si je suis à Seattle c’est parce qu’il y est aussi, j’aurais très bien pu rester loin de lui et ne pas subir ses foudres. Mais je veux qu’il soit fier de moi, qu’il voit que je suis un homme bien, que je peux faire des grandes choses contrairement à ce qu’il pense, bien que je ne pense pas être fait pour être un chirurgien. Je suis persuadé que je serais un excellent psychologue, mais pas un bon chirurgien, un médecin dans l’humanitaire aussi ça me brancherait bien, je ne suis pas comme mon père, pas cupide ni avare. Je n’aime pas vraiment l’argent, du moins, je ne vis pas pour ça. Je regarde en face de moi, la porte fermée, je ne sais plus quoi dire, je vais la laisser faire cette fois. A elle de prendre la parole et de tenir la conversation, à moins qu’elle me pose d’autres questions, je ne sais pas quoi.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Mar 9 Aoû - 13:35

    « J’espère sincèrement que vous allez me prendre, je ne vais pas vous décevoir… » Décidément, il avait l'air d'y tenir à ce poste. Et moi, qu'est-ce que je pouvais y faire? Je ne savais même pas si j'avais envie de redevenir médecin, de continuer dans cette voix, où d'y faire une croix définitive. Si deux années n'avaient pas suffit à me décider, alors vingt minutes dans les vestiaires du SGH... Quoi que, être ici me faisait revivre plein de bons souvenirs, il y avait toutes les odeurs que j'aimais, tous les petits détails auxquels je m'étais accrochée pendant mon internat, tous mes repères. Je passais ma vie entre ces murs. Le reste était si peu à côté que je n'y accordais que peu de temps, quand je pouvais, après mes gardes où pour prendre une vraie douche, un vrai repas. Je n'avais pas eu de vie en dehors de cet hôpital depuis que j'y étais entrée pour mon internat. Pendant ces deux années, je m'en étais bien rendue compte, il y avait eu un vide énorme, un vide que je n'avais pas réussi à combler, un vide qui faisait que je me retrouvais dans les vestiaires de l'hôpital à peine une semaine après être rentrée de France.

    Je vais y réfléchir.

    Je ne sais pas si j'avais dit ça pour qu'il me laisse tranquille ou si je le pensais vraiment. Le fait est que m'imaginer à nouveau ici dans mon élément auprès d'Izzie et les autres ne me déplaisait pas, au contraire. Mais j'étais restée deux ans sans pratiquer. Rien ne serait plus comme avant, je le savais au fond. Je n'aurai plus le même niveau que les autres, nous ne pourrions plus nous bagarrer pour les dossiers des patients, nous n'aurions plus nos pauses en même temps. Est-ce que je pourrais supporter me retrouver à un niveau inférieur? Si j'avais perdu ces deux années, c'était de ma faute et uniquement de ma faute. Mon interlocuteur se mit à bailler. Décidément, on avait vraiment dû abuser un peu trop tous les deux hier soir.

    Je vous offre un café?

    Il devait en avoir autant besoin que moi, et je savais que ceux de la cafet' avaient leur dose de caféine. Cela devrait réussir à nous remettre d'aplomb et nous permettre de discuter un peu mieux pour faire connaissance.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Mar 9 Aoû - 18:42

Elle va y réfléchir, j’espère qu’elle ne va pas prendre trop de temps non plus. Enfin, non, qu’elle prenne son temps, tant que la réponse finale et positive, je m’en fous. Je souffle doucement, je crois que je vais bien dormir cette nuit, espérons que personne ne m’invite à aller boire un verre, c’est tout ce que je demande, parce que je ne suis pas le genre de mecs qui refuse, j’aime bien sortir les soirs et aller m’amuser avec mes amis. Je prends mon portable et je regarde si des messages, j’en ai deux, un de Tony, un mec avec qui j’étais hier soir qui me demande si tout va bien et si je me suis remis de ma soirée, ensuite c’est Jude, un autre mec, lui me demande si je n’ai pas trouvé bizarre de m’être réveillé dans mon lit cette nuit, manifestement c’est lui qui m’a raccompagné chez moi, je lui réponds avec un simple « Merci ». Je pense que je vais l’appeler ce soir afin de le remercier correctement, je lui payerais un verre un de ces quatre. Si je me souviens bien, Tony est barman et Jude est un étudiant en droit, il fait des stages dans un cabinet d’avocats. Je suis le médecin du groupe, ça fait seulement quelques jours que je connais ces deux mecs, j’en suis super content parce qu’ils sont sympathiques et puis Tony nous file des boissons gratuites et il nous donne des bons coins pour sortir et rencontrer des filles sympas le soir.

Je reste silencieux un moment cachant mon visage fatigué entre mes deux mains, elle finit par prendre la parole avec un léger sourire, elle me propose d’aller boire un café. Je me redresse avec un immense sourire. Je serais on ne peut plus heureux de l’accompagner. « Avec grand plaisir ! » Je me lève de ce banc et je ferme mon vestiaire, enfin, il appartient à un certain Mickaël, mais il paraît qu’il est partit, je peux donc bien le lui emprunter. Je hausse les épaules en fermant à clés le casier, je vérifie que j’ai de la monnaie sur moi et mon téléphone, on ne sait jamais, là je viens de recevoir deux messages, peut-être que mon père va daigner m’appeler et demander de mes nouvelles qui sait, à moins que ce soit son larbin qui le fasse à sa place. J’attends sagement qu’elle se lève et qu’elle me montre le chemin, parce que je ne sais pas où est la cafétéria, je n’ai pas fait le tour de l’hôpital, je connais l’entrée, le bureau des infirmières, les urgences, les vestiaires, les toilettes, le bureau du chef et puis les chambres, après, je ne connais rien. Enfin, si elle ne me prend pas en tant qu’interne cela ne va rien changer à ma vie de savoir où se trouve la cafétéria, mais ne soyons pas pessimiste. J’y crois encore et toujours.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Mar 9 Aoû - 19:02

    Il accepte mon café avec plaisir, et je lis dans ses yeux qu'il en a autant besoin que moi. Je suis contente. Il m'en faut peu aujourd'hui, mais j'ai si peu de contact avec les êtres humains en ce moment que je pourrais prendre un verre avec n'importe qui. En revanche, peut-être l'un de mes futurs internes! Ravie donc, je ramassais mon bonnet et mon sac, et attendit qu'il ferme son casier. Tout ça me manquait vraiment, plus on passait de temps ici et plus je devais me l'avouer. Je jetais un regard nostalgique à mon ancien casier. Maintenant, un certain Bryan l'occupait. Tout devait avoir changé à l'intérieur. Il faut dire qu'il y en avait de belles dans mon casier de l'époque. Des fleurs fânées, des photos débiles de toute la bande avec Izzie, Alex, George et Cristina où l'on faisait des grimaces, à moitié plein d'alcools, des photos de Derek et moi aussi, et les cendres de ma mère. Je n'avais toujours pas trouvé quoi en faire, elles trainaient dans un coin de la maison. Il ne fallait pas y voir là un manque de respect, mais seulement les vestiges d'une fille perdue.

    J'embarquais Tobias avec moi dans les dédales de l'hôpital. J'aurai pu m'y balader les yeux fermés. A l'aise dans mon élément, je lui expliquais deux-trois trucs sur comment se reposer sans se faire prendre, les endroits où Bailey traînait habituellement, les places à prendre à la cafet', ce genre de petites infos accumulées durant mon internat et qui étaient très utiles une fois sur place. La cafétéria n'était pas vide, elle l'était rarement, les patients étaient admis ici ainsi que les familles en attente de résultat, plus les médecins, ça faisait beaucoup de personnes. Je choisis une place pas trop loin de la machine à café, quelque chose me disait que nous aurions besoin de nous en servir plus d'un.

    … Enfin voilà. Je pense que ces infos te serviront quand tu seras pris ici. Avec ou sans sucre?

    J'avais inséré les pièces dans la machine, j'attendais son choix pour appuyer sur l'un ou l'autre des boutons. Je n'avais même pas encore pris la peine de poser mon sac, revenir ici c'était retrouver le rythme éperdu des gardes effrénées de la nuit, c'était retrouver cette adrénaline et tout ce qui rendait vivant.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Mer 10 Aoû - 13:46

Je la suis sagement dans l’hôpital, je ne sais pas ou nous allons, je suis cependant très intrigué puisqu'elle commence à parler, elle me raconter quelques anecdotes sur ses années passés ici en me disant que dans ce couloir, il ne faut pas y trainer parce que Bailey, dit le tyran peut arriver à n'importe quel moment. Je souris amusé, je bois ses paroles. J'adore apprendre de nouvelles choses, en découvrir aussi, j'étais un très bon élève, oui l'intello, mais pas le boutonneux. Je la suis les mains dans les poches souriant aux gens qui nous voient passer devant eux. Manifestement, elle est connue partout ici car tout le monde la regarde d'un drôle d'air, certains sont surpris, d'autres plus ou moins heureux. Si elle voulait passer inaperçue je crois que c'est raté. Je suis content de voir qu'elle me parle de ce qu'elle a vécu ici, je crois que c’est un signe de plus qui me dit que oui, elle va me prendre en tant qu'interne, si ce n'est pas le cas, je crois qu'il n'y aura pas homme plus déçu que moi. Elle me donne tous les signes pour me faire croire qu'elle va me prendre sous sa coupe. Je ne pense pas être un idiot, et même si pendant deux ans, elle n'a pas pratiqué, elle va retrouver ses gestes, cela ne s'oublie pas, c'est comme le vélo. J'ai confiance en mes capacités de médecins, je sais faire plains de trucs enfin en théorie, avec tous les livres que j'ai lu. Il me manque simplement la pratique, il faut que je valise ces putains d'années que je puisse rabattre le clapet à mon père, même si je ne veux pas devenir chirurgien. Du moins, pas dans, un hôpital comme celui-ci, je veux faire de l'humanitaire, du bénévolat. Aider & parle avec les gens sont mes deux plus grandes passions avec la musique, mais ça c'est tout à fait autre chose.

Nous arrivons enfin à la cafétéria, elle s'approche de la machine à café et elle prend la parole une nouvelle fois me disant que les infos qu'elle m'a donné me seront utiles si je suis pris. je me crispe un peu. « Vous savez, le docteur Shepherd a dit qu'il ne me prenait pas si vous refusiez de m'avoir avec vous... Il a dit qu'il avait déjà assez d'internes... Je serais une simple exception... » C'est ce qu'il m'a dit le jour de notre entrevu, il m'a bien fait comprendre que si Meredith refusait de m'avoir dans ses pattes, je devrais prendre mes clic et mes clac et m'en aller. Il faut que j'ai ce putain de diplôme, que je fasse 5 années d'internat que je puisse aller à l'étranger. Je ne veux pas lui mettre la pression loin de la mon idée, mais elle est ma seule chance de réussir ici. Je lui fais un signe de la main pour lui dire que je ne veux pas de sucre, il sera noir pour moi. Je crois que j'ai eu ma dose de sucre hier soir avec tous les mélanges d'alcools sucrés que nous avons bu. Je souris en repensant à cette soiré,e et dire qu'on avait commencé tranquillement avec des bières, on ne voulait même pas boire avec Jude ne plus, on voulait juste passer un moment tranquille et draguer un peu, sauf que les cocktails de Tony nous ont vite fait comprendre que ce soir, on allait être mal, enfin surtout moi à ce que j'ai comprit. Jude a réussit à me ramener... Je prends le café qu'elle me tend et je souffle légèrement dessus laissant le fumée s'échapper. Tiens, ça me donne envie de fumer une bonne clope cette histoire. J'attendrais sagement tout à l'heure pour aller sur la terrasse, peut-être qu'elle aussi fume, qui sait.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Jeu 11 Aoû - 13:07

    J'étais prise dans une sorte de tourbillon euphorique de redécouvrir tous ces endroits que j'en oubliais le regard des gens. Et il valait mieux d'ailleurs. Si cela n'avait pas été le cas, je me serai renfermée comme une huitre, et ce malgré la présence de Tobias. J'avais cependant un pincement au coeur à chaque fois que nous tournions dans un couloir. La peur de tomber sur Derek. Ou l'envie. Toujours est-il que nous ne l'avions pas croisé et que je ne savais pas si je me sentais soulagée ou juste déçue. Il devait beaucoup moins se balader maintenant qu'il était chef, et passer beaucoup de temps dans son bureau. Même si, je le connaissais, il avait la bougeotte et que cela ne devait pas être une partie de plaisir tous les jours pour lui. Je m'étais réellement ouverte à Tobias, le contact passait bien entre nous, je commençais réellement à apprécier sa présence. « Vous savez, le docteur Shepherd a dit qu'il ne me prenait pas si vous refusiez de m'avoir avec vous... Il a dit qu'il avait déjà assez d'internes... Je serais une simple exception... » On entrait dans la cafétaria. Là encore, personne de connu. Ni Alex, ni Izzie, ni Cristina. Tous devaient être au bloc, ou occupés avec des patients tous plus intéressants les uns que les autres.

    Comment se fait-il que vous n'entriez que maintenant en internat?

    Son histoire n'était pas totalement claire, à vrai dire elle ne l'avait pas beaucoup laissé parlé. Je m'occupais des cafés, il me fit signe qu'il ne voulait pas de sucre, je n'en prenais pas beaucoup, j'appuyais sur le bouton et laissait le liquide noir et fumant se répandre dans les deux gobelets. Quand ils furent plein, je vins m'assoir à côté de Tobias, sur l'un des tabourets qui entourait la table et déposait son café devant lui avec un sourire.

    Tenez. Et qu'est-ce qui vous motiverait à travailler avec moi?


    Parce que d'après ce qu'il disait, on ferait équipe à deux, on se retrouverait donc quasiment tout le temps ensemble. Ce n'était pas une décision à prendre à la légère. Derek devait m'attendre au tournant. Je savais qu'il faudrait que j'ai une discussion avec lui tôt ou tard, et que c'était à moi d'aller me présenter et m'excuser. Mais pour le moment je me sentais bien trop faible, bien trô lâche. Le café était brûlant, je soufflais dessus.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Ven 12 Aoû - 23:42

Je regarde mon café bizarrement, j'en sens l’arôme doucement, ce n'est pas les mêmes que j'avais en Angleterre, de plus, je suis plus un buveur de thé que de café, bien qu'un café de temps en temps, cela ne fait pas de mal, surtout dans des journées pareilles. je me concentre alors sur ce qu'elle vient de me demander, je me racle la gorge. Elle pose une question tout a fait légitime. « Je suis anglais, je n'ai pas fait mes études de médecine ici aux Etats-Unis, j'ai commencé à Londres dans un hôpital universitaire, un peu le même genre... & puis mon père pour son travail, devait venir à Seattle pour une question de fierté je l'ai suivit, c'est là que j'ai posté ma candidature ici, ayant eu les meilleurs résultats possibles, le docteur Shepherd a voulu me rencontrer... Il m'a proposé le poste que si vous reveniez... J'ai déjà un an et demi d'internat, mon but est de travailler dans l'humanitaire... Il me faut valider mon diplôme, et avoir 6 ans de pratique pour partir... » Je reprends mon souffle après ce monologue. J'espère que je ne vais pas lui faire peur, mais j'espère surtout qu'elle va me comprendre, qu'elle va voir que tout me tient à cœur. Je ne veux juste pas qu'elle m'interroge sur le coup de la fierté avec mon père, je n'ai pas trop envie de parler de lui, ni de mes frères qui sont meilleurs que moi. je souris légèrement à Meredith, elle semble un peu interloquée et je la comprends tout à fait? faut dire que je débarque comme un cheveux sur la soupe en lui demande de me prendre sous son aile pour que je réussisse mes études et mon diplôme. Je bois une gorgée de mon verre avant qu'elle ne me pose une nouvelle question.

« Pourquoi travaillez avec vous ? » Je cherche dans ma tête un semblant de réponse, mais pour le moment rien ne me vient à l'esprit, je crois que je vais y aller en freestyle, même si je sens que cette question va être décisive pour la suite. « Vous avez l'air douée... Après tout ce que le docteur Shepherd a dit, c'est la première chose qui m'est venue à l'esprit, cependant, vous n'avez pas l'air habituée à être proche de quelqu'un comme ça, vous avez l'air d'aimer votre monde comme il l'est... Ma présence risque de chambouler votre routine... On peut apprendre à se connaitre, à changer, à travailler en équipe... Mettre l’individualisme de coté... » Putain, Tobias t'es vraiment en train de dire que des conneries là, réfléchis un peu, elle va te prendre pour un dingue qui analyse tout et qui se trompe dans son analyse. « Je suis sur qu'à deux, on peut faire une super équipe, je suis loin d'être un boulet vous savez... » je passe nerveusement ma main libre dans ma nuque, la tête basse, j'attends simplement qu'elle me réponde. Je bois une nouvelle gorgée de mon café, je me dis que peut-être si je me brule la langue, je vais arrêter de dire toutes sortes de conneries. Je vous le dis, elle va me prendre pour un dingue.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Sam 13 Aoû - 19:14

    Il avait l'air intimidé de se retrouver face à moi, dans le sens où je sentais qu'il mesurait ses mots et qu'il ne se laissait pas totalement aller, et cela me dérangeait. Je n'étais pas une personne influente, je n'avais rien fait au cours de ma vie qui justifiait une quelconque fierté ou reconnaissance de la part des autres. Il me raconta son histoire, je compris alors d'où venait son petit accent et pourquoi il avait autant besoin de moi. Derek me connaissait. C'est pour cela qu'il avait fait une telle proposition. Il savait que je ne résisterais pas à l'idée d'aider quelqu'un, que cela m'aiderait à me sentir un peu vivante, un peu utile, il le savait. Il l'avait fait exprès. Je ne savais pas si j'en éprouvais une certaine colère ou une certaine émotion à voir qu'il me connaissait toujours si bien après deux ans loin de lui. Il devait être plein de rage. Il savait que je détestais me retrouver dans ce genre de situation où j'étais comme piégée, et à quel point j'avais besoin de me sentir libre. Je répondis à son sourire en essayant de boire une gorgée de café... brûlant. Je me brûlais la langue et fis tout pour ne pas le montrer. Je m'étais déjà montrée assez ridicule comme ça face à lui en vomissant dans les toilettes tout à l'heure. Je reposais le petit gobelet et me promis d'attendre un bon moment avant d'y regoûter à nouveau. A ma question, il répond sans en faire des tonnes, sans essayer de me cirer les bottes, et ça me plait; je lui souris pour essayer de rompre un peu ce contact de force que nous avons depuis le début et que je trouve dommage.

    Si l'on doit faire équipe, il faut qu'on se mette au même niveau. Je l'ai déjà fait lors de mon internat ici, je sais comme ça fonctionne. On sera un pour un, pas de relation de chef, pas de grades.


    Je trouvais important de souligner ce point. J'avais horreur de la hiérarchie imposée ici quand elle me concernait. Je n'avais aucun mal à supporter l'autorité de mes supérieurs, mais j'avais du mal à ce que l'on me considère comme tel. Je ne me sentais ni la force, ni le niveau pour répondre à une quelconque domination. Il avait l'air d'être un type bien, de ne rien me cacher. Je le sentais à sa façon de répondre. Je me sentais un peu gênée de ne pas faire pareil de mon côté. Nerveusement, je remuais le contenu de mon gobelet en mettant quelques instants à reprendre la parole.

    Je ne sais pas si je me sens prête à retravailler ici. Et puis je n'ai pas encore vu le docteur Shepherd...

    Ca me faisait bizarre de l'appeler à nouveau de cette façon. Je n'en avais plus l'habitude. Depuis deux ans, il était Derek dans mon esprit, dans mon coeur, dans ma peau. Sujet sensible. Je me sentais toujours aussi incapable de me retrouver face à lui.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ; peut-être un peu dur, mais toujours à la hauteur.

☞ MESSAGES : 6000


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR:

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Jeu 18 Aoû - 14:26

Meredith m'explique comment on va fonctionne si on fait équipe. On ne sera qu'un seul au final, pas de chef, pas de dominant ni de dominé. je trouve ça super bien. je risque cependant d'être un peu le boulet au début, le temps que tout mes réflexes me reviennent. Je crois qu'on aura un peu de mal au début, mais je pense qu'on peut finir par faire quelque chose de bien tous les deux. je suis persuadé qu'on sera une bonne équipe. « D'accord, on fonctionnera comme ça. » Je hoche la tête de haut en bas, ça va marcher, j'en suis persuadé. C'est la première fois que je fonctionne de la sorte, je vais apprendre de nouveaux trucs alors. En Angleterre, on avait toujours la relation dominant dominé, j'étais toujours dans les dominés, je suis pas du genre grande gueule, je me canalise bien en temps normal. mais là, je crois que c'est pire qu'ici, ils veulent tous être les meilleurs et ils font tout pour. on se met constamment des bâtons dans les roues. On a eu pas mal d'histoire avec de la drogue, certains ont drogué d'autres médecins pour qu'ils sortent du programme d'internat. Là ou j'étais, tu réfléchissais à deux fois avant de boire ton café, même s'il venait de sortir de la machine à cafés. On était tous paranoïaque je crois. C'est limite si on faisait vraiment de la médecine. « Je vous fais confiance... » Oh oui, j'ai confiance en elle, plus qu'en n'importe qui je crois bien, elle n'a pas l'air d'être aussi vicieuse que les internes et résidents anglais. je crois que elle et moi, on va faire une super équipe, j'en suis même persuadé.

Je me retrouve rassuré, elle a vraiment l'air de vouloir que l'on travaille tous les deux et puis elle verra, on s'entendra bien, je ne serais pas chiant. je le veux ce boulot, il ne faut pas que je me laisse abattre. Il ne faut pas non plus que je fasse le con ou bien le boulet pour qu'elle me lâche deux semaines après le début de notre aventure dans le milieu médical. Je regarde mon café et j'en bois une nouvelle gorgée rapidement. Gorgée que je recrache presque dès lors qu'elle reprend la parole en me disant qu'elle ne sait pas si elle va reprendre ce travail parce qu'elle n'a pas revu le docteur Shepherd. Elle ne sait pas si elle se sent prête. Non, mais elle joue au yoyo ou quoi ? Elle me fait clairement comprendre qu'elle va me prendre avec elle et qu'on va bosser ensemble quelque secondes avant de me dire qu'elle doute maintenant. « Vous devriez aller le voir... je ne sais pas ce qu'il y a eu comme histoire entre vous, mais vous devriez lui parler... Lui, il a envie que vous repreniez le travail... » C'est ce que j'avais cru comprendre lorsque j'étais dans son boulot, pour lui si elle ne reprenait pas son poste, c'était du gâchis. j'ai cru comprendre qu'elle est la fille d'une très grande chirurgienne de renommée mondiale. Elle ne peut pas me laisser tomber comme ça alors qu'elle m'a fait tant espérer, elle n'a pas le droit, vous savez, c'est comme promettre un cadeau à un gosse, le lui acheter, lui tendre et puis le reprendre avant de recommencer jusqu'à ce que le gosse pleure et abandonne. C'est sadique ce qu'elle fait, je ne sais même pas si elle fait exprès en plus.

__________________________


forget your faith in me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin adulée et fondatrice à respecter.

☞ MESSAGES : 8447


Carnet De Santé
☞ RELATIONS:
☞ HUMEUR: dark n'twisty.

MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   Jeu 18 Aoû - 18:46

    Je n'ai jamais été douée pour faire des choix; ça avait toujours été le dilemme de ma vie. Comme lorsque je m'étais retrouvée entre Derek et Finn, comme le fait que je sois incapable de choisir la spécialité que je veux exercer en tant que chirurgien ou choisir quel parfum de glace je veux. Me mettre face à un choix était la pire des choses qui pouvait m'arriver. Incapable de choisir. Là, Derek ne me proposait pas vraiment un choix, disons qu'il m'obligeait presque à revenir en chirurgie. C'est moi qui m'imposait ce choix, le comble! J'avais très bien vécu deux années sans, je ne savais pas vraiment si j'en avais encore envie aujourd'hui, si j'avais toujours ce besoin. Bien sûr, me retrouver ici dans la cafétéria de l'hopital jouait en la faveur de Tobias ; retrouver l'ambiance et les personnes qui travaillent ici ne donnait qu'une envie, y ressauter à pieds joints. Mais je savais tout ce qu'il y avait derrière. Les gardes sans fin, l'absence de vie privée, le train de vie effréné. Est-ce que j'étais prête à reprendre tout ça? « Je vous fais confiance... » Il avait l'air si content et si enjoué que j'aurai pu dire oui rien que pour lui faire plaisir. Mais j'avais toujours au fond de moi ce ressentiment, qui, je le savais malgré que je m'entetais à le nier, était lié à Derek. C'était me retrouver face à lui qui me faisait hésiter autant, c'était tout ce qu'on avait vécu et le fait que je sois partie en le laissant pendant deux ans. Est-ce que je supporterais le voir avec une autre femme? Bien sûr que non. J'avais déjà eu tellement de mal avec Adisson. C'était bel et bien ma vie privée qui empiétait sur le reste et me rendait si indécise. « Vous devriez aller le voir... je ne sais pas ce qu'il y a eu comme histoire entre vous, mais vous devriez lui parler... Lui, il a envie que vous repreniez le travail... » Est-ce que c'était bon signe? Peut-être qu'il m'avait oubliée, qu'il était même marié ou papa à l'heure qu'il était. C'était peut-être le moment de demander des confidences.

    Est-ce... vous savez si le docteur Shepherd est marié? Je ne veux pas paraître curieuse ou... Enfin si vous pouviez me dire... Vous ne devez sûrement pas savoir. Je suis désolée.

    Je riais nerveusement pour cacher mon gêne et me cachait derrière mon gobelet en buvant un peu de café. Le liquide s'était refroidi, il était à présent à la bonne température. Pour oublier ce que je venais de dire, je décidais de lui poser immédiatement une deuxième question, sans lui laisser le temps de répondre à la première, et pour lui montrer aussi que je savais m'intéresser à autre chose que Derek Shepherd dans la vie.

    Vous voulez préparer quelle spécialité?

    Question banale en apparence, mais la plus personnelle qui soit pour un chirurgien dixit ma mère. Un moyen de le cerner un peu plus, ce futur interne.

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Sujet libre - Un retour secret.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sujet libre - Un retour secret.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grey's Anatomy RPG :: LES VESTIAIRES-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com