AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Concours de circonstances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Jeu 28 Avr - 21:46

    Mon prénom dans sa bouche est une bénédiction. Je suis responsable de l’état de damnation éternelle dans lequel elle se met sans visiblement plus aucun scrupule ce soir. Je sais qu’elle ne se vantera pas de ce genre d’exploit chez elle, ce serait plutôt le genre à en rougir rien qu’à y repenser, mais c’est un bien, après tout, d’avoir un vrai jardin secret. Un jardin qui vaille le coup.
    Les pensées ne valent pas les actes, tout comme les paroles, et si je parle beaucoup dans mon métier, j’agis aussi beaucoup dans ma vie privée, c’est ce qui me permet de me sentir vivante.

    Elle perd pieds, je la sens fondre sur ma langue, tout comme elle fond physiquement contre le mur. C’est beaucoup pour une première fois, surtout si opportune. Et je me surprends à trouver autant de plaisir dans le fait de faire plaisir, cette nature altruiste n’est pas la mienne. Je ne suis pas devenu avocate pour défendre la veuve et l’orphelin, plutôt pour obtenir la fierté d’un appartement aussi froid que le mien et une réputation de requin, dont je jouis sans complexes.

    D’un geste assuré, je l’aide à trouver le chemin du sol sans se heurter. J’embrasse à nouveau ses lèvres, plus tendrement, la prend dans mes bras, et lui prend la main.

    - Viens.

    Je suis froide à la réputation de salope mais tout de même. Je la guide jusqu’à ma chambre où je lui défais le lit et la laisse y trouver sa place, entre les draps froids, mais en soie. Je vais prendre une douche, il faut que je me calme. Sans doute la partie est finie, mais qui sait. Le plaisir solitaire est ma seule alternative ce soir. Je ne peux pas lui demander de remettre ça tout de suite. J’éteins donc moi-même le feu qui s’agite au creux de moi-même.
    Une fois sortie de la douche, je m’enveloppe dans une serviette chaude, et examine dans le miroir mes traits tirés. J’ai encore l’esprit embrumé, mais surtout le cœur habité.
    Je viens me coucher près d’elle, sur le dos, une main en travers de mon front.

    - Bordel…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Jeu 28 Avr - 22:01

Lorsque Teresa revint totalement à elle, elle se surprit à se trouver entre des draps immaculés. Elle papillonna des cils à plusieurs reprises, comme si cela suffirait à expliquer tout ceci. Mais en vain. Elle se redressa difficilement, encore un peu engourdie par leur coït passé, et balaya la pièce d'un œil curieux. Les échos au loin lui informèrent que la jeune femme devait, sans aucun doute, se trouver sous la douche. Elle en profita donc pour observer avec plus d'attention ce qui se trouvait autour d'elle. La chambre était froide, comme le reste de l'appartement. Sans doute reflétait-elle la personnalité d'Andy ? Difficile encore de juger, étant donné que celle-ci n'avait été qu'ivresse et instabilité. Elle rapprocha ses genoux de son visage, les entourant comme pour se protéger d'une quelconque attaque, puis soupira lourdement. Les dernières heures lui semblaient encore totalement insensées, voir parfaitement irréelles. Était-ce réellement arrivé ? Le peu de tissu qu'elle portait encore sur le dos était formel, tout comme la sensation encore présente qu'elle ressentait entre ses reins. Qu'était-elle censée faire désormais ? Partir sans mot dire ou, attendre simplement le lendemain. Elle se rallongea, grommela telle une adolescente, et dissimula son visage derrière son bras.

Quelques minutes suffirent avant que la propriétaire des lieux ne revienne également pour profiter de la douceur des draps. Tourner vers l'extérieur du lit, Teresa hésita un long moment avant de daigner se retourner vers cette dernière. Elle contempla son profil, silencieusement, puis se racla la gorge. Regrettait-elle cette étreinte ? Désirait-elle qu'elle ne débarrasse enfin le plancher ?

- Je...

Mais aucune de ses interrogations ne voulut voir le jour. Alors, elle soupira à nouveau, non sans se fustiger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Jeu 28 Avr - 22:57

    L’eau chaude aidant, je commence à voir un peu plus clair dans ce que je viens de faire. Du moins je crois. Je ne me laisse pas le temps de penser que je m’offre une compensation toute personnelle pour éviter de penser. Mais une simple interlude avec moi-même suffirait à me faire oublier les courbes et les gémissements de la femme qui se trouve dans mon lit, probablement endormie ? Je ne sais pas. Non, c’est même évident… pourquoi une inconnue aurait-elle tellement de pouvoir sur ce qui se passe dans ma tête.

    En retirant ma serviette, je ne peux m’empêcher de regarder les courbes que j’ai à offrir. Mais ces femmes regardent-elle réellement le monde qui les entoure de cette façon ? Je ne crois pas. Teresa a l’air… Différente, plus sensée et surtout plus sensible.
    Je la rejoins dans la chambre, j’ignore si elle dort ou pas, la chambre est tellement baignée de pénombre que je n’ose insister du regard pour vérifier son état d’éveil ou non. Mais j’entends sa respiration et enfin son hésitation. Elle ne dort pas, et semble être aussi en proie au doute que moi.
    Seulement, moi, demain, j’aurais tout oublié. Merci l’alcool et la came. Ce ne sont que des doutes éphémères, j’aime à le croire.

    - Les regrets n’appartiennent qu’au petit matin.

    Venant poser une main sur sa joue tout en déposant mes lèvres sur les siennes.

    - Tu n’en n’as pas vécu assez ce soir ?

    Ironique, faisant glisser ma main le long de son bras à la peau laiteuse. Une douceur et une attention rare chez moi, surtout à cette heure de la nuit et après un échange du genre. Si j’avais été aussi salope qu’on le dit, j’aurais profité de sa faiblesse pour en demander d’avantage encore.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Jeu 28 Avr - 23:13

Un baiser et, Teresa ferma brièvement les paupières pour savourer cette énième caresse. Quelques frissons ensommeillés remontèrent le long de son échine, lui arrachant un souffle à la fois hésitant et satisfait. Elle esquissa un fin sourire timide, avant d'ancrer son regard dans le sien. Cette femme avait ce je-ne-sais-quoi qu'elle ne parvenait à exprimer. Mais, sans doute valait-il mieux ne pas chercher à comprendre cela. De toute évidence, Andy n'était certainement pas de celles qui, offrait le gite et le couvert au petit matin venu. Alors, elle se recroquevilla légèrement, espérant sans doute protéger encore le peu de dignité qu'elle possédait. Les coups d'un soir ? Elle ne connaissait pas. A dire vrai, elle croyait secrètement à toutes ces histoires dégoulinantes au sujet du grand Amour. Mais, Andy ne l'était pas. Bien qu'elle n'avait pas tout-à-fait conscience de ce que représentait cette femme à ses yeux. Une avalanche d'interrogations se poussaient à ses tempes sans qu'elle ne put en formuler une. Sans doute n'était-ce pas l'instant pour cela. Qu'était-elle censée faire alors ? La question de la jeune femme fit écho aux siennes. Elle se tendit imperceptiblement et se fit violence pour s'asseoir et entourer de nouveau ses jambes de ses bras.

- Est-ce que... vous voulez que je rentre ?

Elle ne connaissait rien. Alors, et même si elle passait pour une parfaite débutante - en outre, ce qu'elle était -, elle préférait s'assurer de ses volontés. Elle inclina sa petite tête, le visage visiblement soucieux. Voulait-elle rentrer ? Rien était moins sûr. Avait-elle seulement son mot à dire dans cette histoire ? Là encore, elle l'ignorait. Elle déglutit, posant sa joue sur ses genoux, comme l'aurait fait une petite fille craintive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Jeu 28 Avr - 23:40

    Je suis en train de comprendre un peu ce qu’il en est de son chaos psychique à cet instant. Elle est totalement paumée, et moi de même, mais il est trop tard pour que je ne réagisse de façon adéquat. Elle est fragile, je ne le parais pas, elle est hésitante, je ne le suis pas. Elle vient de faire la plus grosse expérience de sa vie, et pour moi, ce n’est qu’une mise en bouche. Mais je sais encore me tenir, je ne peux pas lui en demander plus, je risquerais de l’abimer, et je me le refuse.
    Je pose la question de trop, elle se recroqueville sur elle-même, près de moi, cherchant à disparaître en elle-même. Ce n’est pas le but, bien au contraire.

    - Tu vas arrêter de me vouvoyer ? J’ai 50 ans bordel ?

    Mon caractère aussi, j’ai peur qu’il ne la marque. Je ne me suis jamais laissée faire, on m’a toujours appris à bouffer les autres avant d’être bouffée et à en voir le milieu dans lequel j’ai grandis, je le comprends.

    - Ça n’a pas suffi à te faire comprendre que tu étais libre ? Que tu es seule maîtresse de tes décisions ? Reste si tu en as envie, rentre si tu le préfères. C’est toi qui décide ou une force supérieure ? T’as pas de mari que je sache ? Alors arrête de te faire chier. Et fait ce qui te plaît. Existe.

    Je me rallonge sur le côté, face à elle, et la laisse prendre ses propres décisions. Elle vient de prendre celle de faire l’amour avec une femme, elle est sans doute capable de décider si elle a envie de rester ou non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Jeu 28 Avr - 23:56


Si elle s'attendait à être mise à la porte en bonne et due forme, en revanche, elle était loin de se douter qu'elle se heurterait à quelques remontrances solidement fondées. Non pas qu'elle ne savait pas ce qu'elle désirait mais, elle avait sans cesse cette crainte, cette inquiétude de déranger, d'être de trop. A l'école, Teresa n'était autre que la gamine au fond de la classe que l'on ne remarquait pas et, qui ne répondait aux questions que lorsqu'on la sollicitait. Pourtant, très jeune déjà, c'était une fille relativement brillante qui, imprimait ce que les professeurs déblatéraient. Le poste qu'elle occupait aujourd'hui ne reflétait en rien ce qu'elle valait mais, encore fallait-il avoir les fonds nécessaires pour se lancer dans les grandes études. D'ailleurs, depuis la cour de récréation, elle pouvait compter ses amis sur les doigts d'une seule main. Elle était bien trop peureuse pour approcher qui que ce soit. Elle n'était pas intéressante et le savait pertinemment. Voilà pour quelles raisons, elle préférait ne pas approcher ses congénères. De ce fait, les us et coutumes lui étaient quasi-étrangères. Son regard s'attarda quelques secondes vers la porte qui criait inlassablement son prénom. Pourtant, elle ne pouvait penser que la jeune femme la réprimandait pour le plaisir. Comme beaucoup, elle devait, probablement, essayée de l'émanciper un peu d'elle-même. Cela étant, elle n'était pas contrainte de partir. Ce qu'elle préféra prendre comme une invitation à rester. Après s'être laissée submerger par cette blonde, sans doute pouvait-elle, à nouveau, faire de même. Elle se pinça quelques secondes la lèvres, en proie à quelques agitations intérieurs puis, finalement, se rallongea près d'elle.

- Je n'ai pas l'habitude..., avoua-t-elle dans un souffle.

Elle contempla de longues minutes les traits de son visage, avant d'ajouter tout aussi bas, comme l'aurait fait une adolescente:

- Tu... tu es tellement belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 0:21

    Mon adolescence se résume au fait de briller, partout où je pouvais passer. Pompom girl, des résultats brillants, reine du bal de promo, les plus beaux sportifs à mes pieds, c’était ça ma vie. Les meilleures amies et les meilleurs amants. Je ne me cachais pas du fait d’avoir autant de facilités à l’école qu’avec les hommes, puis finalement avec les filles, mais dans l’ombre, parce que rares étaient celles qui assumaient. Mes parents m’auraient tué, et la simple idée de les provoquer m’excitait grandement.
    C’est une petite fille, au fond, ce n’est rien de plus qu’une gamine qu’on vient de sortir de son écrin, de laquelle j’ai ouvert la boite, elle est fragile et moi je viens de tout foutre en l’air, cette fine carapace de verre, un verre qui se brise à peine eut-on posé le doigt dessus.
    Elle se décide à se rallonger, j’ai bien cru qu’elle allait me filer entre les doigts et rentrer pleurer chez elle. Ça n’aurait pas été glorieux à voir. La confiance ça se travaille, ou ça se feint, à voir. Je glisse un bras sous le sien et la rapproche de moi, le simple contact de son corps contre le mien me plaît.

    - Je sais. Chut…

    Je souffle dans son cou et l’y embrasse, doucement. Tendrement. Je la garde contre moi, resserrant mon étreinte en trouvant peu à peu le sommeil.

    - Belle, ouais, c’est ça. Mais ça fait pas tout.

    Elle ne semble pas décidée à trouver le sommeil tout de suite, elle. Je fais faire un effort, après tout c’est moi qui ai lancé les hostilités.

    - Tu as ton innocence pour toi Teresa, garde-la. C’est encore une des choses que plus personne ne possède ici…

    Je frôle son visage du bout de mon nez, tendrement. Son rythme cardiaque s’apaise peu à peu, tandis que ma main libre dessine de petits tortillons sur sa peau, comme je le ferais sur mes draps les autres soirs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 19:15

Doucement, elle se hissa contre la jeune femme, alors que celle-ci l'incitait à s'approcher davantage. Elle frissonna, la peau toujours aussi délicieusement sensible à son contact. Pourquoi réagissait-elle ainsi alors que l'effervescence était quelque peu redescendu ? Elle l'ignorait. Mais, elle appréciait cette douce accalmie qui se diffusait en elle. Ses paupières s'abaissèrent un instant, tandis qu'elle déposait délicatement sa paume entre ses seins. Elle inhala profondément les fragrances entêtantes qui émanaient sinueusement de son épiderme, puis soupira enfin d'apaisement. Que se passait-il ? Elle n'en avait pas la moindre idée. Et, elle n'était pas certaine de vouloir réellement le comprendre. Un sourire à la fois béat et stupide étira imperceptiblement ses lèvres. Tout ceci n'avait aucun sens. Son myocarde adopta un rythme paisible, quasi-absent, alors que le sommeil semblait vouloir la rattraper. Pourtant, elle aurait aimé profiter encore de sa présence, peut-être apprendre à la connaître davantage.

- Mais, je ne connais rien..., marmonna-t-elle.

Si Andy lui répondit après cela ? Elle ne le savait pas. Le sommeil la submergea et, bientôt, elle ne fut que rêveries et souffle las. Les quelques images qui s'animèrent derrière ses paupières closes possédaient toute un élément similaire: une chevelure blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 19:42

    Je pris plusieurs secondes pour répondre, comme si j’avais besoin de réfléchir à ce que ça pourrait impliquer. La novice dans toute sa splendeur face à la blasée qui ne voit les relations humaines que comme des outils, et parfois même une arme. L’utopiste et la désillusionnée, quel tableau…

    - Et moi j’en connais trop…

    Je n’apprécie plus rien à sa juste valeur, je n’apprécie plus rien de ce que je devrais. Je ne comprends pas les choses comme elle les voit, je sais qui sont les gens de mon monde à moi et la sincérité est un luxe, l’amour est une illusion, les arrangements sont légion. Le sexe est une façon de régler les choses la plupart du temps.

    Les premiers rayons du soleil m’agressent violemment. Soudain, le retour à la réalité sonne comme le gong après une gueule de bois monumentale. Une femme entre mes bras, et je mets quelques secondes à me rappeler de son prénom, même si les effluves de sa peau me semblent déjà familières. J’étire un bras, puis entrouvre les yeux. CARNAGE !

    - Bordel… ma tête…

    Je soupire, comme si toute la peine du monde se trouvait sur mes épaules et m’empêchait de bouger. J’ai rêvé d’une licorne, géante, le truc totalement cauchemardesque… Et si de vagues souvenirs me reviennent d’hier soir, ce ne sont que des flashs.
    Je m’extirpe du lit, mon estomac hurle son mal être, et rend tout ce que mon estomac contient, soit une bonne demie douzaine de cocktails tous plus alcoolisés les uns que les autres et quelques shoots de tequila offerts par la maison.
    Passage obligé par le brossage de dents, et détour par la cuisine pour glisser une aspirine dans un grand bol de café. J’ai la tête qui vrille, ma conscience qui me rappelle que je n’ai pas assuré une seconde hier soir et une femme dans mon lit. Une femme… Dont j’ignore à peu près tout si ce n’est qu’elle n’est pas le genre que je ramène d’habitude.
    Je me risque à retourner dans la chambre, nue, et attrape une petite nuisette à enfiler. Elle est réveillée, je crois. En même temps, la luminosité de la chambre me scie la tête en deux. Je retourne dans la cuisine, la laissant émerger, sans un mot, et me décide d’être un peu moins salope que je ne le suis d’habitude. Sa fragilité me revient en pleine tête. Je lui prépare un plateau, café, jus de fruit, tartines… putain je n’ai même jamais été foutue de me beurrer moi-même une tartine par flemme. Et une boite entière d’aspirine. Mais je crois que ce détail est pour moi.
    Je dépose le tout sur le lit. Romantique ? Pas le moins du monde, mais je sais à quel point j’ai dû me montrer salope et irrespectueuse, enfin en général je le suis, et si je ne me souviens pas de mon comportement, ça ne doit pas effacer ce qu’elle a dû subir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 20:00


Un bruissement de drap, quelques rayons chaleureux sur ses omoplates suffirent à Teresa pour libérer un grognement encore ensommeillé. Elle ne voulait pas se réveiller. Dormir était bien trop agréable et, les quelques effluves qui lui chatouillaient les narines étaient bien trop enchanteresses. Cependant, elle se retourna, étira lourdement ses membres, puis ouvrit enfin les paupières. Il lui fallut quelques minutes avant que son regard ne s'habitue au soleil qui perçait fièrement à travers les rideaux. A cet instant, la jeune femme ne put qu'écarquiller les yeux: elle n'était pas dans son lit. Elle se redressa subitement, en proie à une agitation visible, alors que ce qu'elle avait d'abord pris pour un rêve, lui revenait à la figue comme une violente gifle. Tout ceci s'était bien produit. Tout ceci n'avait pas été qu'une élucubration fantasque de son esprit. Elle secoua à plusieurs reprises sa petite tête, comme si cela suffisait à pouvoir la ramener à la réalité mais, force était de constater qu'elle s'y trouvait, présentement, bien ancrée. Elle passa une main fébrile sur ses traits encore froissés par le sommeil, puis inspira profondément pour ne pas céder à la panique. Quelques pas attirèrent son attention et, bientôt, Andy apparut sur le seuil de la chambre. Elle prit un moment pour la détailler, silencieuse, avant de détourner honteusement les yeux. La situation était définitivement embarrassante.

- Merci..., chuchota-t-elle distraitement.

Elle se saisit de la tasse et, avala une longue gorgée de café. La chose à laquelle elle pensait à cet instant: fuir. Elle voulait simplement quitter cet appartement, cette femme, afin de retrouver son quotidien et d'oublier cette malheureuse péripétie. Elle grignota nerveusement une tartine, alors qu'elle relevait enfin les yeux vers ceux de la blonde.

- Comment va ta tête ?, demanda-t-elle plus pour combler les silences que par réelle envie de faire la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 20:12

    Elle est toujours aussi timide que dans le peu de souvenirs que je possède encore. Si les choses étaient apparemment claires hier soir, je ne les retrouve plus ce matin. J’ai dû prendre une douche, étant donné l’odeur de ma peau, celle du gel douche hors de prix dont je m’offre le luxe. Nous n’étions aussi visiblement que toutes les deux et n’avons pas fait la fête ici, mon appartement est tel que je l’ai laissé en partant bosser hier matin. Alors pourquoi ? Et surtout comment…
    Je dépose le plateau sur le lit et prend place à ses côtés, un genou appuyé sur le matelas. Elle s’enquit de l’état de ma tête, je crois que nous sommes aussi désolées l’une que l’autre, mais pour des raisons différentes.

    - Mal. Et ça va durer un moment, j’imagine. Dans quel bar on était exactement hier soir ?

    Il n’est pas rare que j’en fasse plusieurs et si vraiment un gros dossier est à fêter, je retrouve la même équipe pour tous les écumer, un à un. N’y voyez là rien de glorieux, c’est surtout particulièrement traitre au petit matin.
    Le silence, pesant, s’installe… et je me décide à le briser.

    - Ecoute je… je ne me souviens pas de grand-chose, d’accord ? J’étais particulièrement déchirée et… pas que ça excuse quoi que ce soit mais… quel genre de salope j’ai bien pu être hier soir ? Dans tous les cas, je suis désolée…

    Vu comme elle tremble sous mon regard, je n’ai pas dû la ménager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 20:24

Elle hocha doucement la tête. Effectivement, vu l'état dans lequel elle se trouvait hier soir, Teresa se doutait que les effets secondaires ne devaient pas être très glorieux. D'ailleurs, elle ne se rappelait s'être déjà mise dans une telle posture. L'avait-elle déjà fais ? Rien était moins sûr. De toute manière, elle ne tenait pas l'alcool. La dernière fois qu'elle avait touché à une flûte de champagne, elle avait senti le sol se dérober sous ses pas. Elle n'était pas réellement adepte de cela. Si elle ne contrôlait pas grand chose en temps normal, sous une quelconque substance le résultat était pire. Elle fit une légère grimace. Visiblement, Andy ne se souvenait de rien ou, de trop peu de choses. Cela n'aurait pas dû l'étonner et pourtant, elle se surprit à éprouver un léger pincement au cœur. Mais, force était de constater que si cette nuit avait transcendé jusqu'à son âme, cela était pour son interlocutrice qu'une question d'habitude. Elle haussa mollement les épaules et répondit malgré tout:

- Nous n'étions pas dans un bar... Je me suis fais agresser dans la rue et, tu es venue... m'aider. Ensuite, tu as insisté pour me raccompagner mais... tu étais... bien trop ivre. Alors, finalement, tu m'as demandé de te ramener.

Elle déglutit, quelque peu embarrassée. Cette situation était à la fois gênante et bizarre. Elle s'arracha à la douceur des draps et, récupéra ses vêtements qu'elle s'empressa d'enfiler.

- Disons que... tu as eu ce que tu voulais. En partie.

Elle lui adressa un rictus contrit.

- Merci pour le petit déjeuner, mais je devrais rentrer maintenant.

Surtout, ne pas se laisser avoir comme la veille, surtout ne pas perdre de vu l'objectif principal à cet instant: fuir. Elle lui offrit un dernier sourire puis se dirigea vers la porte, le cœur battant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 21:12

    Le fil de son récit me paraît totalement incongru et à la fois, je ne vois pas son intérêt à me mentir. Si elle avait dû faire la fête avec moi, elle aurait pu mettre cet argument en avant, sans doute, étant donné que je m’excuse même du comportement que j’ai eu. Ce n’est pas mon genre, bien au contraire, je suis plutôt du genre à me taire et ne rien dire si on ne me demande pas de comptes, et gueuler si on me les demande. La simplicité même, c’est tout moi.
    J’ai donc même joué les chevaliers servants. Cette femme a vraiment dû me toucher pour que je me comporte de la sorte, mais je veux bien le croire, elle est bien trop bouleversée pour oser me mentir.

    - Trop ivre, je pense que j’aurais compris toute seule…

    J’ai tellement mal à la tête que je m’empresse de remettre une demie aspirine de plus dans un verre et de l’avaler à peine fondu.

    - En partie… ?

    Je ne comprends pas où elle veut en venir, je n’obtiens jamais rien à moitié, c’est une règle de base chez moi, c’est tout ou rien, pas de demie mesure, je suis entière et ça me pose souvent beaucoup de problèmes dans les relations que je peux entretenir avec quiconque.
    Elle se rhabille et prend la fuite, et je me rends compte à cet instant que c’est bien la dernière chose que je voudrais. Que son départ me fait un réel pincement au cœur...

    - Hey, heu… T’as vraiment envie de partir ?

    Lançais-je de ma petite place sur le matelas, à moitié nue, dépassée, et surtout dépitée de la voir s’enfuir aussi vite, après tout, pour moi, elle est encore une inconnue, une inconnue qui me plait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 21:26


Teresa s'immobilisa net à la demande, selon elle, incongrue de la jeune femme. Est-ce que l'univers avait cessé de tourner dans le bon sens ? Ses sourcils se froncèrent en une moue à la fois perplexe et agacée. De toute évidence, elle ne comprenait rien aux relations humaines. Et, encore moins la jeune femme. Elle se retourna, ne sachant réellement que dire. Elle n'était qu'une malheureuse débutante qui, il fallait l'admettre, ne connaissait strictement rien de la vie. Elle n'était qu'une petite fille, emmurée derrière quelques remparts bien trop élevés et qui, bien souvent, faussaient son jugement ou bien la perception qu'elle devrait avoir du monde. Elle papillonna des cils, pinçant l'arrête de son nez entre son pouce et son index, puis croisa les bras sur sa poitrine.

- Pourquoi est-ce que je resterai ? Tu n'es pas obligée de jouer les filles biens, tu sais. Je n'attends rien de toi, rassure-toi. D'ailleurs, pourquoi est-ce que j'attendrai quelque chose de toi ? Après tout, je ne te connais pas. Et tu ne me connais pas non plus. Cela dit, on est visiblement pas du même monde. Je n'ai rien à faire ici. Et puis tu as pu écarter les cuisses d'une pauvre frigide, docile et asociale, alors qu'est-ce que tu veux de plus ?

Elle écarquilla les yeux, plaquant une main sur sa bouche, alors qu'elle se surprit à employer un tel langage. Non pas qu'elle en voulait à Andy, loin de là. C'était plus après elle-même qu'elle était en colère. Comment pouvait-elle être aussi maladroite ? Elle tapa doucement la paume de sa main contre son front, avant de soupirer bruyamment.

- Excuse-moi, je... je ne sais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 21:38

    Je crois que ma tête menace d’exploser, et elle voudrait que je me lance dans un combat du genre ? Je ne suis pas prête à ça, je suis bien trop souffrante pour discipliner mes idées. L’alcool, la came, tout ça ne fait pas bon ménage chez moi, mais je replonge systématiquement dans mes vieux démons, c’est une façon d’avoir le contrôle, sur tout, sur tout ce que je fais et que je suis, et ainsi ne le laisser à personne d’autre et encore moins un amour passager.

    - OK, OK… on s’est envoyés en l’air hier soir. Et c’était pas… Comme tu voulais ? Faut que tu m’éclaires cinq minutes là… Tu crois que j’ai franchement besoin de m’attaquer à une vierge effarouchée pour prendre mon pied ? Tu m’as bien regardé ?

    J’ai tout ce que je veux si je claque des doigts ! Et ça, c’est mon côté modeste. Je sais que je peux parfois paraître imbuvable, mais dans mon monde, on trouve ça presque normal. Et la douleur me fait dire n’importe quoi.

    - Merde, je voulais pas dire ça. Ecoute, quoi que j’ai fait… C’était pas vraiment moi. Insulte-moi autant que tu veux, je suis la dernière des salopes, des garces, des traînées ou ce qui te fera plaisir mais j’ai pas vraiment participé à tout ça, OK ?

    Enfonce-toi Andy, c’est bien, tu es parfaite pour une avocate. Le tact est loin de m’étouffer et je ne crois pas avoir déjà eu à faire à quelconque engueulade un lendemain matin.
    Je comprends mon erreur et me lève, pour la rejoindre près de la porte et tenter le tout pour le tout pour l’embrasser, déposant mes lèvres sur les siennes en y mettant toute la bonne volonté dont je dispose.

    - Tu resterais si je te le demandais ? Sobre, cette fois… Et en presque pleine possession de mes moyens…

    Je déteste celle que je suis quand je bois, mais c’est comme un besoin, une attraction que je ne contrôle pas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 21:53

- Va te faire foutre, cracha-t-elle plus vite qu'elle ne l'aurait voulu.

Teresa recula, tel un animal sauvage que l'on tenterait d'approcher. Si elle avait conscience de ne pas être plus qu'une vierge effarouchée, elle n'avait franchement pas besoin qu'une inconnue le lui rappelle. Pour qui se prenait-elle ? Dans un sens, elle n'avait sûrement pas tout-à-fait tort. Contrairement à elle, Andy pouvait obtenir tout ce qu'elle souhaitait sans quémander à genoux. Ainsi, qu'aurait-elle à lui offrir qu'elle ne possédait pas déjà ? Rien, bien entendu. Alors, elle baissa honteusement les yeux. Elle ne la connaissait que depuis hier et, pourtant, cette femme parvenait déjà à la rendre cinglée. L'insulter ? Que pourrait-elle bien dire ? Qu'elle n'était qu'une traînée qui, prenait tout ce qui se présentait sous son nez sans se préoccuper du reste ? Dans un sens, elle n'avait pas été plus maline en se laissant faire, encore moins en appréciant cela. Était-ce cela qui, présentement, la déroutait autant ? Une femme lui avait fais l'amour et, elle avait diablement aimé cela. Comment cela était-il possible ? Elle ne comprenait pas. Elle voulut tourner définitivement les talons pour laisser cela derrière elle une bonne fois pour toute mais, Andy fut bien plus rapide. Ses lèvres se déposèrent doucement sur les siennes, lui arrachant un long frisson qui lui fit perdre ses moyens. Elle papillonna des cils, inspirant difficilement contre sa bouche, puis chuchota:

- Peut-être...

Qui, en vérité, était une affirmation sans aucune hésitation. De toute évidence, elle n'était pas en mesure de lui refuser quoi que ce soit, ni de se retrouver loin d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 29 Avr - 22:30

    Oui, effectivement, je pense que je n’ai pas dû assez le faire pour me trouver si odieuse. Mais qu’y puis-je si je suis si odieuse à cause de l’alcool ? Je ne fais que ça. Sortir, me mettre à l’envers, rentrer, seule ou accompagnée, et je me retrouve sans dessus-dessous jusqu’à la prochaine soirée où mes regrets s’envolent comme ils sont venus.
    Je ne suis pas quelqu’un d’honnête, ni avec moi-même, ni avec les autres. Je ne l’ai jamais été, en tout cas pas dans mon souvenir, je n’ai compris que trop tôt que la vérité et l’honnêteté ne menaient de toute façon à rien.

    - Ouais, si tu veux. Mais j’aimerais pouvoir me souvenir de comment je suis allée le faire hier soir. J’ai fait quelque-chose de mal ?

    Bien sûr que j’ose poser la question, comment on pourrait avancer sinon ? J’affronte et regarde droit dans les yeux des truands de la pire espèce, ceux qui me payent aussi bien qu’ils menacent et exécutent leurs victimes.

    - Putain tu sais donner ton avis ?

    Mais c’est plus fort que moi, je ne sais pas me taire et encore moins mettre de l’eau dans mon vin au moment opportun. A croire que j’ai envie de la perdre ou que je le mérite. Je sais à peine qui elle est, mais je sais surtout que j’ai envie d’apprendre à savoir qui elle est, et même de faire des efforts.

    - Alors reste. Oublie tout le reste, et reste… Pour celle que je ne suis pas encore, si ce n’est pas pour celle que je suis depuis que je t’ai croisé…

    Déposant une main sur sa joue, l’y faisant glisser en la corrompant d’un nouveau et tendre baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Jeu 5 Mai - 19:54


Elle se laissa docilement faire. De toute évidence, elle n'était pas en mesure de lui refuser quoi que ce soit. Cette femme dégageait un quelque chose d'indicible qu'elle n'assimilait pas encore mais qui, à n'en point douter, la faisait littéralement céder à chacune de ses tentatives. Ses bras s'enroulèrent autour de son cou dans un réflexe à la fois familier et déroutant. Ce n'était pourtant pas une habitude à adopter ou du moins, pas aussi rapidement. Elle inspira profondément ses parfums qui, avaient encore le don de l'étourdir. Était-elle le Diable ? Très certainement. Mais, comme Ycare auprès du Soleil, Teresa prenait, chaque fois davantage, le risque de brûler ses ailes immaculées. Elle qui, n'avait jamais osé quoi que ce soit, voilà qu'elle se pendait sans trop de retenue à sa nuque. Elle posa son front contre le sien, se pinça brièvement la lèvre, puis papillonna des cils:

- Tu n'as... rien fais de mal hier soir. C'est juste que... ce n'est pas moi. Je ne suis pas comme ça. Je ne... me suis jamais jetée dans les bras d'inconnus. Encore d'UNE inconnue...

Elle baissa le regard, craignant peut-être de soutenir le sien et d'y déceler une quelconque moquerie, avant d'ajouter dans un murmure:

- Alors... je ne sais pas trop ce que je dois faire maintenant...

Teresa approcha davantage son visage du sien, alors qu'elle reposait ses prunelles claires vers les siennes. Elle avala bruyamment sa salive.

- Je suis... ridicule, avoua-t-elle dans souffle à la fois nerveux et amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Jeu 5 Mai - 21:09

    Elle se justifie, typique du manque de confiance en soi, c’est évident. Mais j’aime savoir que j’ai encore un peu de le dessus, je suis une femme qui domine, une femme qui a besoin de savoir qu’elle contrôle, parce que lorsqu’elle le perd, elle se perd elle-même…
    Il est hors de question évidemment qu’elle ne quitte si vite les lieux, j’ai besoin de la savoir encore un peu avec moi, je pense pouvoir faire ce qu’il faut pour la retenir, quoi qu’elle m’a l’air particulièrement hâtive de quitter cet appartement, comme si ça avait le pouvoir d’effacer le temps qu’elle vient d’y passer. Mais que nenni, elle n’ira nulle part avant plusieurs heures.

    - Tu crois que je l’ignorais ? Cette nuit m’a peut-être échappée, mais ton comportement, lui, ne m’échappe pas.

    Je glisse une main sur son ventre couvert de sa chemise, puis aventure quelques doigts entre deux boutons, tandis que mon autre main caresse son visage. Sa peau me manque alors que je ne la connais qu’à peine, que les souvenirs que j’en ai sont flous…

    - Et si tu te laissais faire ? Ou mieux, que tu prennes une décision une fois dans ta vie et décide de ce que tu as envie de faire, là, tout de suite. Quitte cette maison, commande une pizza, fais-moi l’amour comme une tarée, c’est à toi de décider, mais fais-le.

    Qu’elle ose exister une fois dans sa vie bordel, c’est trop lui demander ? Trop brute, sans doute mais c’est ma personnalité, à prendre ou à laisser comme tout le reste, elle y prendra goût si elle décide de rester, je vous le certifie.

    - Quelqu’un m’a dit un jour que personne ne pouvait être ridicule du moment qu’il était sincère. Alors soit le et n’ait crainte de rien. Quel genre de monstre enragé as-tu croisé hier soir ?

    Je ris, légèrement, contre ses lèvres, le temps de me balancer comme pour entamer une danse en nous enfermant dans une bulle. Qu’elle profite de ce genre de moments de calme, ils sont si rares…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 6 Mai - 19:43

Exister, s'affirmer; que de termes dont le véritable sens lui était totalement étranger. Sans doute était-ce pour cette raison qu'elle se sentait tant dépassée par tout ce qui s'accumulait depuis la veille. Jamais elle n'avait osé faire de faux pas. En était-ce seulement un ? Elle l'ignorait encore. Une seule chose était sûre: elle se sentait de manière totalement déroutante et incongrue; vivante. Teresa ancra à nouveau son regard dans celui de la blonde. Elle ne répondit pas immédiatement. Elle tentait de déceler au cœur de ses prunelles un quelque chose qui pourrait tout changer. Mais, elle n'avait pas besoin de cela. Il lui suffisait d'écouter, ne serait-ce qu'une seconde, le tintement à la fois nébuleux et agité de son myocarde. Alors et comme s'il s'agissait là de la seule réponse possible: Teresa plaqua maladroitement ses lèvres contre les siennes, dans un baiser qu'elle désirait brûlant. Ses paumes effleurèrent les courbes délicieuses de la jeune femme, avant que ses bras ne se referment autour de sa nuque. Ce qu'elle faisait ? Elle n'en avait pas la moindre idée. Mais, pour la première fois depuis le début de son existence, elle prenait une réelle décision sans attendre que l'on ne décide pour elle.

- Je ne sais pas... je n'ai jamais fais l'amour à une femme, souffla-t-elle alors contre ses lèvres.

Sans rien ajouter de plus, la jeune femme se détacha de sa partenaire. Elle prit quelques secondes pour l'observer et, tout aussi silencieusement, défit lentement les boutons de sa propre chemise jusqu'à la retirer complètement afin de dévoiler à nouveau sa nudité aux prunelles curieuses de la blonde. Elle inspira profondément, visiblement peu assurée, avant de déclarer dans un murmure:

- Apprends-moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 6 Mai - 21:11

    Tout s’affole là-haut, dans sa tête, dans son cœur et sans doute aussi un peu plus bas. C’est tout ce qui me plaît, renverser les conventions quand elles sont à mon avantages et pousser les gens dans leurs retranchements, surtout mes conquêtes. Mais une chose diffère avec Teresa, je ne saurais le dire. Elle est la première avec qui je n’ai pas envie que les choses se passent selon le même schéma : séduction, arrachage de vêtements, coït, et bonsoir, j’ai un avion demain, je t’appelle quand je reviens. Mais Teresa a quelque-chose de fragile, que je ne connais pas chez mes conquêtes, parce que je n’aime pas ça. Mais elle…
    Sa fragilité me touche, son petit je ne sais quoi qui n’ose pas, qui hésite, qui tente mais qui se perd dans les méandres de ce qu’elle a comme idée des rapports entre personnes du même sexe. Mais elle semble perturbée par cette révélation d’elle-même, et on le serait sans doute à moins.

    - En as-tu envie ?

    Je glisse mes doigts sur l’arête de sa mâchoire, jouant de son désir pour moi, que je certifie être réciproque.
    Elle m’embrasse spontanément, je ne m’y attendais pas, mais je ne le regrette pas non plus. Et sa demande me mets dans tous mes états. Quand je la vois retirer sa chemise ainsi, je me sens prête à lui faire l’amour toute la sainte journée, je vais devoir me calmer, elle n’en n’est pas là.
    J’accède à sa demande, l’entourant de mes bras pour l’embrasser avec tendresse, et la faire ainsi reculer jusque dans la chambre. Ses mollets rencontrent le lit et elle tombe à la renverse sur le matelas. Je lui souris afin de la rassurer, et dévore ses lèvres de baisers légers.

    - Laisse-moi me rattraper.

    C’est bien la première personne à qui je demande une chance de me faire pardonner, si elle savait à quel point je n’en n’ai rien à foutre avec les autres.
    Je dévore son ventre nu de mes lèvres, remontant une main stratège pour caresser sa poitrine au travers de son soutien-gorge.

    - Tu veux mener la danse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 6 Mai - 21:56

Teresa ne voulait plus essayer de comprendre ce qui l'incitait à s'immerger davantage dans ces eaux troubles. De toute évidence, elle n'était pas en mesure de réfléchir à quoi que ce soit. Présentement, il n'y avait plus que cette blonde, ses parfums entêtants et la saveur de ses baisers. Elle ne chercha pas à résister lorsqu'elle l'entraîna de nouveau dans la chambre. Au contraire, elle se laissa docilement faire jusqu'à ce que son échine ne rencontre le lit dans un délicieux froissement de draps. Elle cambra par réflexe le bassin vers elle, alors que cette dernière déposait ses lèvres çà-et-là sur son abdomen. Alors, la vérité lui sauta aux yeux avec une violence sans équivoque: elle avait terriblement envie d'elle. Certes, elle avait bien compris, déjà, les réactions de son corps face à elle mais, jamais elle n'avait osé admettre le pot-aux-roses jusque là. La véracité de cette pseudo-révélation lui fit l'effet d'une tornade qui l'emporterait à milles lieux d'ici. Un court instant, les éléments s'enroulèrent autour d'elle en une danse déroutante, si bien qu'elle pensa s'évanouir. Mais, au lieu de cela, ses doigts vinrent s'emmêler dans ses cheveux, comme pour l'encourager à continuer ses assauts doucereux.

- Je... oui..., tenta-t-elle d'articuler alors qu'elle semblait perdre pieds sous elle, j'aimerais te faire... l'amour...

Son myocarde rata un battement à cet aveu. Dieu seul savait à quel point elle désirait se fondre en elle mais également, l'appréhension qu'elle éprouvait à cela. Andy semblait en tout points plus expérimentée qu'elle. Comment ne pas passer pour une idiote avec cela ? Cependant, et après avoir inspirer bruyamment, elle repoussa doucement la jeune femme pour venir se hisser au dessus d'elle et planter son regard dans le sien, à la fois gênée et désireuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 6 Mai - 23:29


    Sa maladresse se transforme en atout séducteur. Je me dis qu’hier soir a dû être une véritable traversée du désert pour elle, je n’ose pas imaginer quelle garce j’ai pu être. L’alcool et la drogue font de moi un monstre, je le sais, mais je persiste, parce que c’est la seule échappatoire qu’il me reste. Elle ne le comprendra sans doute pas si je le lui explique et ce n’est pas le sujet pour le moment. Il y a des choses qui ne méritent pas d’être posées sur la table.

    Elle me demande toute l’aide du monde pour faire d’elle une bonne amante, mais ais-je besoin de ça ? Je ne recherche pas les performances mais à exister innocemment dans les yeux de quelqu’un. Ça ne m’est encore jamais arrivé. Toujours cette vile envie de performer pour apprendre à une femme comme moi qu’on peut la mater. Tu parles…
     
    Pose des mots sur ce que tu veux, et fais-le, n’ait honte de rien ici…
     
    Glissais-je à son oreille en embrassant tendrement son cou. Le bout de mes doigts remontent le long de sa nuque, venant de loger sous son autre oreille, pendant que je dévore sa peau de baisers. Mais vient à elle l’envie de prendre le dessus. Je la laisse faire, m’allongeant sur le dos en la recevant sur moi.
    Je la laisse venir à moi, prendre possession de ses propres gestes sans imiter les miens. Quand je la sens trembler, sans doute sur le point de se faire un ulcère à l’estomac, je vole à son secours.
     
    Chut… Calme-toi…
     
    Je saisi sa main, la dépose sur ma poitrine, l’attire à moi en apposant une pression sur sa nuque. Sur mon seins, ma main posée sur la sienne entame quelques caresses voluptueuses qui m’arrachent un souffle un peu plus court.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 13 Mai - 13:16

Teresa papillonna des cils. Comment se prénommait-elle déjà ? Elle avait tout oublié. Il y avait cette femme, cette divinité sous son buste et, elle ne parvenait plus à réfléchir correctement. Elle secoua doucement la tête, chassant l'avalanche de craintes, de questions stupides qui semblaient vouloir l'assaillir. Alors, elle vint déposer ses lèvres au coin de ses lèvres, pour dessiner ensuite le contour de sa mâchoire, jusqu'à se perdre dans le creux de son cou. Mieux valait agir que de trop s'interroger. Sa main guidée caressa délicieusement le sein qu'elle sentait sensible sous sa paume. Son bassin se cambra, alors qu'elle se mit à onduler instinctivement au dessus d'elle, prenant une assurance qu'elle ne se soupçonnait pas. Elle se redressa, délesta maladroitement Andy de ses apparats, non sans libérer quelques gloussements mêlés d'amusement et de gêne. Ses baisers reprirent de nouveau leur course sur les lèvres de la jeune femme, alors qu'elle laissait ses ongles parcourir enfin librement les courbes alléchantes de celle-ci.

- Andy, soupira-t-elle délicieusement à son oreille.

Elle continua son ascension, jusqu'à venir dessiner les contours de sa cuisse. Elle se mordit la lèvre, à la fois nerveuse et impatiente, puis déposer délicatement ses doigts sur son intimité tout juste recouverte d'un fin morceau de tissu.

- Mon Dieu, qu'elle ne put s'empêcher de souffler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: Concours de circonstances   Ven 13 Mai - 14:08

    Je suis en train de remettre en question tout ce qu’elle avait pris pour acquis jusqu’à présent. A savoir aimer les hommes, aimer leur contact, j’imagine, leur compagnie. S’envoyer une femme ? Que nenni ! Que dirait le seigneur de tout ça ? De ses agissements ? Elle serait damnée en enfer avant même d’avoir eu le temps de penser à se repentir. J’aime cette provocation, rien que l’idée de lui faire outrepasser l’image qu’elle peut avoir d’elle-même me rend toute chose.
    Mais aujourd’hui, c’est différent d’hier soir, j’ai quelque-chose à rattraper semble-t-il et dans ce domaine, la novice, c’est moi.
    Entendre mon nom entre ses lèvres me déclenche quelques frissons. Comment résister à ce genre de choses ? Le son de sa voix m’électrise et c’est bien la première fois qu’une femme me fait autant d’effet, qu’un coup d’un soir reste plus longtemps que les adieux du matin.
    Quand elle prend ses aises et pose une main sur mon intimité, mon souffle se bloque, mon corps se cambre légèrement en réaction à son geste et j’approfondis ses baisers.
    Je caresse un peu plus intimement sa féminité, passant outre le bout de tissu me séparant de sa peau. Je l’entends gémir à mon oreille, souris et entame un va et viens délicat, en surface, juste de quoi piquer son impatience et l’entendre en réclamer, encore un peu plus, tandis que la tête commence à me tourner quand elle approche de la zone la plus sensible de mon anatomie.

    - Ne t’arrête pas…

    Mon bassin ondule au-dessus de sa main, cherchant à appuyer ses gestes, lui donner l’élan nécessaire à poursuivre son entreprise. Je n’attends que ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Concours de circonstances   

Revenir en haut Aller en bas
 

Concours de circonstances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grey's Anatomy RPG :: MAIN STREET-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit