AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It doesn't matter | Andy K.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: It doesn't matter | Andy K.   Jeu 12 Mai - 21:54


Le brouhaha incessant des basses l’assommaient chaque fois davantage. Les effluves d'alcool se mêlaient à la sueur, ainsi qu'aux hormones qui semblaient frétiller çà-et-là autour d'elle. D'ailleurs, elle n'était plus réellement certaine par ce qu'elle distinguait. Les teintes et les textures se mélangeaient les unes aux autres pour n'être plus qu'une spirale déliquescente. Une tape dans le dos la fit hoqueter, avant qu'elle ne glousse peu gracieusement en constatant que son collègue revenait avec deux autres breuvages. Quel nombre de verre avait-elle ingurgité ? Là était toute la question. A dire vrai, elle n'en avait cure. La soirée était, de toute évidence, placée sous le joug de l'oubli. La liquide vint brûler une énième fois son gosier, lui arrachant par la même occasion une grimace éhontée. Si elle avait cessé de se préoccuper de ce qu'elle buvait, Teresa n'en restait pas moins novice dans ce domaine. Et, l'amertume qu'elle éprouvait à chaque gorgée ne s'était pas atténuée avec les heures. Elle se rattrapa de justesse aux épaules de son ami, non sans le gratifier d'un rictus maladroit.

- Je reviens, bafouilla-t-elle.

Teresa se fraya tant bien que mal un chemin à travers la foule agglutinée sur la piste de danse, pour retrouver ne serait-ce qu'un peu d'air frais. Une fois dehors, la jeune femme inspira profondément. Décidément, les effets de l'alcool étaient bien plus présents que ce qu'elle pensait: sa tête lui tournait atrocement et, elle avait la sensation que son estomac se tordait encore et encore au sein de son abdomen. Elle s'adossa comme elle put contre le mur, afin de se tenir un minimum. Là, elle se saisit de son cellulaire, composa un numéro qu'elle connaissait sur le bout des doigts, puis articula lorsqu'une voix familière lui répondit:

- Toi, beugla-t-elle, tu m'as pas rappelé. A croire que j'suis juste l'une de tes putes, comme toutes les autres. Bah tu sais quoi ? Moi non plus j'pas besoin de toi ! Et d'ailleurs, j'peux très bien rentrer avec une pute ce soir. Alors, bonne soirée, Andy !

Elle raccrocha aussi sec, visiblement fière d'elle. N'était-ce pas, après tout, le but de cette soirée ? Teresa tituba jusqu'à l'intérieur puis, ne put que suivre son collège lorsqu'il l'attira vers la piste. Malléable avec le trop plein de tequila, elle enroula ses bras autour de sa nuque et se laissa porter par les notes lancinantes de la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Jeu 12 Mai - 22:23

    A ne rien foutre de mes soirées, je fini par prendre du retard, comme une ado dans ses révisions ou une étudiante trop fêtarde. C’est ce que je suis, une fêtarde, seulement ces derniers temps, non seulement je n’ai plus le temps de sortir mais à peine celui de penser. Me nourrir devient secondaire et la pression que je prends sur mes épaules pour mes clients on ne peut plus exigeants, devient, elle, difficile à gérer. Dormir ? Que nenni, la seule chose que je m’autorise, c’est me lever pour me faire café sur café. Puiser dans cette réserve que je pensais inépuisable de café hors de prix. Elle fond à vue d’œil, comme si j’avais le temps de faire les courses ! Je n’ai même pas le temps de vivre !
    Mon appart ne ressemble plus à rien si ce n’est à un chantier, mon bureau n’est même plus un bureau, j’en viens à bosser par terre pour pouvoir tout étaler, mon Mac Pro sur les genoux. Mon téléphone sonne, je ne peux ignorer un appel, les clients sont assez susceptibles, et visiblement ces homme-là n’ont pas d’horaires. Rien ne les choque, encore moins d’appeler à 3 h du matin et de s’étonner de ma voix endormie. Le revers de la médaille.

    - Maître Kelsman…

    Une tirade qui n’en finit plus, une musique assourdissante derrière et des gens qui braillent. Rien à dire de plus, je crois que j’ai compris. Teresa s’égosille derrière le combiné. Teresa… une semaine ou presque que je ne lui ai pas donné signe de vie, depuis la dernière fois où… Enfin la première fois, en fait. Je me rends compte que ma vie personnelle n’a pas plus de place qu’une parenthèse dans ma vie tout court, c’est déprimant.

    - Ter… écoute, je… Tu me laisses en placer une, oui ?!

    Elle poursuit son laïus comme si je n’étais pas au bout du fil. De quoi me rendre dingue, elle croit que je n’ai que ça à faire ? Mais vu son état, je ne peux décemment pas la laisser seule dans cette boite, dont je tiens à vérifier l’identité.

    - Tu es au Gloch, c’est ça ? Tu ne bouges pas, je viens te chercher. Tu ne bouges pas Teresa ! Tu fais chier.

    Je raccroche et enfile une veste en cuir véritable, prends mes clés et me rend sur les lieux du crime, que j’ai reconnu pour avoir identifié un des mix du DJ, DJ que j’ai ramené une fois à l’appartement, un coup pitoyable, mais il était au moins bon dans son métier… A le voir jouer de ses doigts sur la platine, il ne pouvait pas être si mauvais. Et bien si...
    A peine eu-je garée la voiture que je presse le pas pour la retrouver au bar, dans un sale état. Je m’en serais doutée.

    - Qu’est-ce-que tu fous ici Teresa ? T’es bourrée ?

    Je pose une main sur son épaule, si elle dort, je la plombe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Jeu 12 Mai - 22:45


Elle n'était plus certaine de comprendre clairement ce que lui soufflait son collègue à l'oreille. Elle se contenta de ricaner bêtement, légèrement voûtée vers sa musculature imposante. Ce jeune homme n'était qu'un des nombreux livreurs. Elle ne comptait, cependant, plus le nombre d'approches qu'il avait du entreprendre pour lui arracher ne serait-ce qu'un rictus sincère. Désormais, il représentait à la fois un ami et un confident, bien qu'elle ne pouvait nier les appels incessants qu'il lui lançait désespérément. Ce qu'il voulait ? Une histoire, une nuit. Elle l'ignorait. Peut-être devrait-elle s'y laisser tenter. Après tout, personne ne l'attendait. Enfin... Elle secoua mollement sa petite caboche bien trop imbibée. Ce n'était certainement pas le moment de penser à Andy. Et pourtant, cette femme la rendait complètement folle. Il n'y avait pas d'autres mots. De plus, Teresa ne pouvait décemment plus faire comme si cela n'était pas présent. Elle ancra donc son regard dans celui qui lui faisait face et, l'espace d'une fraction de seconde, espéra s'y fondre jusqu'à occulter tout le reste. Seulement, elle n'avait pas anticipé la possible réaction du jeune homme. Ses prunelles devinrent plus sombres et, son visage s'approcha dangereusement du sien. La jeune femme déglutit, partagée entre la crainte, le besoin viscéral de fuir, ainsi que l'adrénaline de l'alcool. Elle papillonna des cils, incapable d'articuler le moindre geste.

- Frank...

Ses lèvres vinrent effleurer les siennes ce qui, de manière totalement saugrenue, la fit ricaner bruyamment, entraînant à sa suite son interlocuteur.

- Aller, viens, je te repaye un autre verre.

Teresa n'était pas dupe; ces verres étaient probablement dans le but de la rendre plus docile. Mais qu'est-ce que cela pouvait bien faire ? Encore une fois, personne ne l'attendait.

Et, pourtant, quelques minutes plus tard, une main se posa fermement sur son épaule. Faisant difficilement volte-face, Teresa ne put qu'écarquiller les yeux face à cette femme qu'elle connaissait que trop bien.

- Toi, bredouilla-t-elle.

En temps normal, sans doute se serait-elle sentie flattée par cette intrusion inattendue. Cependant, présentement, cela lui promettait quelques soucis. Elle secoua la tête, le noir un peu éparpillé autour de ses yeux, alors qu'elle se mordait nerveusement la lèvre.

- J'suis pas bourrée.

Elle fronça alors les sourcils.

- Et j'vois pas en quoi ça t'concerne.

D'un pas décidé, elle regagna la sortie. De toute évidence, l'alcool jouait sur ses émotions et, la stupéfaction avait laissé place à quelques rancœurs qu'elle ne parvenait ainsi plus à ravaler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Jeu 12 Mai - 23:37

    Je me doutais que Teresa serait une femme instable, fragile, et capable de me faire une scène de ménage après une nuit pour rien. Enfin pour rien. C’est comme ça qu’elle aurait dû le comprendre, mais en adéquation avec le paradoxe que je suis, j’ai envie de plus avec elle, ce n’était pas une simple nuit, même si je préfère me terrer derrière ma froideur pour le lui faire comprendre. Je suis bien incapable de mener à bien une relation stable et saine. A quoi ressemble concrètement ma vie ? A rien de très engageant pour une personne comme elle. Elle a besoin d’être guidée, rassurée, sans arrêt. Je n’ai pas le temps de m’occuper d’elle, et je ne veux pas la mettre dans ce genre de situations. Elle ne la comprendrait pas, d’ailleurs, elle ne sait rien de ce que je fais, ce qui n’est pas pour me déplaire, je n’ai pas envie de voir dans ses yeux un quelconque jugement. En tout cas pas pour l’instant. Je n’ai vu que de l’admiration la dernière fois, et c’est ce que je recherche… mais elle, elle a trop à perdre avec moi.
    Quand je me rends dans la boite, elle est déjà dans un sale état, plus encore que lorsque je l’ai eu au téléphone me semble-t-il.

    - Ouais, moi ouais. Celle que tu viens d’incendier au téléphone, à pas loin de trois grammes, ça te revient ? Lève-toi, t’es ridicule.

    Je l’attrape par l’épaule et la fait se lever. Elle titube, elle est ridicule, mais si la vraie raison de sa gueule de bois est ma petite personne, on va avoir de gros problèmes. Elle et moi.

    - Ah t’es pas bourrée ?

    Méchante, je le suis. Je tends la jambe pour lui faire un croche-patte discret et la soutient quand je la vois sur le point de s’effondrer.

    - Si, t’es bourrée, alors tu te tais, tu montes dans cette voiture et surtout Teresa, épargne-moi ton envie de vomir sur le trajet. On rediscutera de tout ça quand tu auras…

    Elle a très bien compris où je voulais en venir. Je lui ouvre la portière, l’y fait monter sans ménagement, lui jette ma veste pour lui tenir chaud et monte en claquant la portière.

    - Et en quoi ça me concerne ? Tu m’appelles à 3 h du matin complètement raide Teresa, voilà en quoi ça me concerne. Tu aurais fini comment si je n’étais pas venue te chercher ? Dans le lit cet abruti de barman, c’est ça ?! Et puis ouvre la fenêtre, tu sens la vodka d’ici…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Jeu 12 Mai - 23:57


Sans grande surprise, Andy présentait cette facette à la fois séduisante et rebutante: la froideur. Dans un sens, Teresa n'aurait pu l'en blâmer. Elle venait tout de même de l'appeler à une heure relativement tardive et, comme elle cessait de le lui rappeler; complètement ivre. Elle se fit violence pour se diriger de manière cohérente et sans bavure seulement, l'obstacle que lui imposa Andy par test et, certainement par agacement eut l'effet escompté: elle se sentit basculer vers l'avant, prête à s'étaler de tout son long. Heureusement, la poigne de la blonde, ainsi que ses quelques réflexes encore présents suffirent à la maintenir sur pieds. Elle la gratifia d'un rictus pincé. Sans doute aurait-elle honte de son attitude une fois la nuit passée. Mais, présentement, elle se fichait pas mal de ce que son image pouvait renvoyer. Elle était trop peu habituée à l'alcool pour garder une quelconque emprise, même moindre, sur ses agissements. Presque jetée dans l'habitacle du véhicule, Teresa eut besoin d'une petite poignée de minutes pour recouvrer un pourcentage minime de ses esprits. Elle frisa le nez, et ne put s'empêcher de glousser.

- J'ai pas envie de vomir. Je tiens bien l'alcool regarde !

Et elle accompagna cette déclaration d'une moue visiblement fière. De toute évidence, elle n'avait même pas conscience de son état d’ébriété. Elle s'agita quelque peu sur le siège, afin de s'installer correctement et pouffa de nouveau.

- Qu'est-ce que ça peut t'faire ? Sûrement que j'serai rentrer avec lui, ouais, et qu'il m'aurait probablement baisé toute la nuit !, déclara-t-elle non sans un brin d'exagération dans la voix.

Elle s'agenouilla sur le siège, afin d'approcher ses lèvres de l'oreille de la jeune femme.

- Je l'aurai laissé m'la mettre où il veut..., susurra-t-elle tout en glissant sa main entre les cuisses de la jeune femme.

Ce qui lui prenait ? Clairement, elle l'ignorait. Ou, peut-être qu'elle en avait bien trop conscience. Et la seule vérité plausible dans cette histoire c'était que la blonde lui avait terriblement manqué. Elle n'avait pu s'empêcher de songer à sa peau, ses lèvres, ses mains sur elle. Sa bouche effleura alors le lobe de son oreille, tandis qu'elle souffla chaudement:

- Toi aussi, tu veux me baiser, Andy ?

Elle gloussa tout bas, puis reprit place dans son siège, non sans jeter quelques œillades amusées en direction de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 0:20

    Ivre ? Elle est complètement déchirée surtout. Demain, ce sera une toute autre histoire, je le vois d’ici. Elle se met dans un état qu’elle regrettera, elle est pourtant raisonnable à ce que je pensais, en tout cas, elle a tout l’air de la fille un peu paumée qui regrette une écartade qui n’est pas dans es habitudes, alors imaginez une nuit avec une femme. Bonne catholique bien rangée qui doit dîner chez papa/maman le dimanche midi. Peut-être même va-t-elle à la messe avant le déjeuner…
    Je ne la connais pas au fond, et je regrette de ne pas l’avoir empêchée de me rentrer dans sa tête comme elle a pu le faire.
    Elle perd pied, et toute décence, je le lui rappellerais demain matin, histoire de mettre les choses au clair si elle a encore de la voix pour me jeter au réveil. Hors de question qu’elle ne rentre dormir seule, manquerait plus qu’elle ne fasse un malaise ou ne ressorte. Elle me provoque ouvertement, elle ne sait pas sur qui elle est tombée.

    - Et peut-être même que tu l’aurais regrettée.

    Lui tenant tête comme une gamine dans la cour de l’école. Je devrais la filmer et la balancer sur ses réseaux sociaux, exactement comme la lycéenne comme laquelle elle se comporte !
    Sa main se glisse entre mes cuisses, sous ma jupe droite. Je me retiens de ne pas lui sauter dessus, elle joue clairement avec son roche avenir.

    - Et tu te serais empressée de filer comme une voleuse au petit matin ?

    Mesquine, ironique, à votre bon vouloir, mais c’est bien la seule façon que j’ai de me défendre. Son manque de respect, envers elle-même surtout, me rend dingue. Il me blesse alors que je n’en n’aurais pas eu grand-chose à faire dans le cas où une autre femme serait dans sa position.
    Je dégage sa main plus brutalement que je ne m’en serais crue capable.

    - Dans cet état ? Même pas en rêve, tu es… Regarde-toi, t’es ridicule.

    Je la dénigre pour la faire réagir mais rien ne la fera réagir, pas plus que le fait que je la repousse dans l’ascenseur, ou que je la tire comme une vulgaire suspecte jusque dans mon appartement.

    - Déshabille-toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 0:43

Teresa arqua un sourcil. Ses lèvres se retroussèrent imperceptiblement en une moue étrangement mesquine (lorsque l'on connaissait la jeune femme quotidiennement). Elle n'avait jamais été d'un naturel blessant. De toute évidence, il n'y avait pas plus doux et prévenant. Mais, sous le joug de l'alcool, Teresa avait la sensation de pouvoir enfin laisser parler les quelques voix démoniaques qu'elle s'évertuait à étouffer chaque jours. Son éducation avait été parfaite, digne d'un véritable modèle de droiture et de vertu. Seulement, que savait-on réellement d'elle ? Pas grand chose, visiblement. Tout comme elle-même. Être irréprochable, ne signifiait pas pour autant être infaillible. Alors, c'est sans doute malgré elle, qu'elle répondit sèchement, presque acerbe:

- Evidemment. Tu préfères la gentille petite Teresa, frigide et docile, qui ne dit pas un mot plus haut que l'autre. Ça t'excite de pervertir ce genre de fille sans problème, bien rangé, hein ?

Elle la gratifia d'un sourire à la fois mauvais et sardonique. Elle n'était plus en mesure de ravaler le venin qui semblait se déverser sans vergogne. Elle était bien trop bourrée de fantasmes, d'obsessions qu'elle taisait quotidiennement, pour jouer encore les nonnes alors que l'alcool ondulait incessamment dans ses veines. Cependant, elle ne put s'empêcher de bougonner. Si cela l'aurait sans aucun doute désarçonné en temps normal, présentement, elle ne pouvait que se sentir blesser (dans son ego, peut-être) par ce refus des plus catégoriques.

Sans réellement comprendre de quelle manière elle fut arrivée entre ces murs familiers qui, eux aussi, lui avaient manqué, Teresa posa la paume de sa main contre l'un d'eux pour ne pas choir. Elle gloussa bêtement et articula, non sans un cynisme visible:

- Tu m'donnes des ordres, maintenant ? C'est ça que tu aimes ? Qu'on obéisse sans rien dire ? Les gens n'sont pas à ta disposition. Et moi non plus.

Sans ajouter quoi que ce soit, elle tangua dans la pièce, jusqu'à venir s'affaler sur le canapé. Là, sa position fit relever sa jupe qui, dévoila non sans mal les dessous excentriques qu'elle avait osé mettre pour la première fois de sa courte existence. Elle tira maladroitement sur le tissu et plongea un regard brillant de désir dans le sien.

- J'voulais que tu me baises ce soir. Mais tu n'étais pas là. Comme toute cette semaine. Alors peu importe avec qui. Après tout, je n'rends de compte à personne, pas vrai ?

Comme si l'évidence venait de la frapper, Teresa se redressa aussi sec. Elle tituba, espérant regagner la sortie et bafouilla dans son étourdissement:

- D'ailleurs, mon barman doit m'attendre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 1:18

    Elle est en train de tout confondre, je commence à comprendre que sa cuite n’est pas innocente à nos escapades de la semaine dernière. Elle qui disait s’en foutre ou tout du moins ne rien en attendre, tu parles. Elle est comme toutes les autres, si ce n’est plus fragile, et c’est ce qui me plaît chez elle, cette fille me plaît autant qu’elle me fait chier ce soir, putain… j’interdis les gens comme elle de rentrer dans ma vie, mais elle, elle y a fait irruption en se jetant corps et âme dans cette putain de vie qui est la mienne.
    Je ne veux pas d’elle dans toutes ces magouilles, cette noirceur qui pourrait la détruire sur le long terme. Je ne veux pas lui imposer ça. Elle ne tiendrait pas le choc. J’ai besoin de toutes ces merdes pour tenir le coup, alors elle…

    - C’est ça, ça m’excite oui, t’as tout comprit.

    Je lui tiens tête, mais elle ne soupçonne rien du mal que ça me fait, je me rends compte ne pas être foutue d’aimer quelqu’un, même pour une nuit, sans lui enlever quelque-chose, sans me l’approprier, l’en faire mien et le détruire d’une quelconque façon. Je suis néfaste, tout simplement.

    Elle ne tient même pas debout et une fois dans mon appartement, les chambranles de porte deviennent ses soutiens les plus précieux. Je la laisse s’échouer sur le canapé, dans une position des plus indécentes.

    - Et je ne suis pas à la tienne, si je suis venue te chercher ce soir c’est parce que tu n’es pas foutue de faire attention à toi Teresa. Tu ne connais rien de la vie, et penses ce que tu veux, mais je tiens pas à ce qu’il t’arrive malheur…

    La dernière partie de la phrase est estompée, je ne tiens pas à le crier sur tous les toits, tenir à quelqu’un est déjà un moyen de vous atteindre, une faiblesse, et le milieu que je fréquente me le rappelle chaque jour.
    Elle tente de m’émoustiller comme ça ? Sa petite culotte qui pend au bout de son doigt… Je dois avouer que l’idée est tentante, mais pas comme ça, pas de cette façon. Je commence à comprendre ce qu’elle a pu ressentir face à moi la dernière fois. Je me hais, à cet instant précis.

    - Ne m’appelle pas pour que je te baise Teresa, jamais. Tu ne voudrais pas devenir le genre de petites trainées que je m’envoie, je te l’assure.

    Elle n’a aucune idée de ce que cette vie peut exiger. Aucune notion d’attachement, seulement du sexe, gratuit, sans âme, comme un échange de bon procédé. Elle n’a pas encore un cœur de pierre, elle sait ressentir les choses et les rendre importante rien que par le regard qu’elle pose dessus, et elle ne doit surtout pas le perdre.
    Elle se lève, me narguant en prétextant rejoindre son barman. Mais je vais l’attacher et la tuer, je ne sais pas, mais je vais en faire quelque-chose de singulier ! Je vais devoir la pousser dans ses retranchements, quitte à être blessante. Je la plaque alors contre le mur de l’entrée et l’embrasse à pleine bouche. Je crois que moi-même j’ai pris un gramme d’alcool dans le sang rien qu’à l’embrasser, comment peut-elle encore tenir debout ?!

    - Tu crois vraiment qu’il voudra de toi ?

    Dédaigneuse, la détaillant de haut en bas avec un regard mesquin. Si j’arrive à la vexer, elle changera peut-être d’humeur et redescendra, comme un enfant qui répond sans cesse. Je suis amère et acerbe, je crois que je lui en veux, et que je m’en veux tout autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 12:58

Teresa sursauta, alors que son échine rencontra brusquement le mur derrière elle. La bouche de la blonde s'écrasa sur la sienne et, elle ne put qu'émettre un gloussement à la fois satisfait et amusé. Ses sens n'étaient plus qu'un bourdonnement sourd qui, semblaient se dilater chaque fois que l'on effleurait un peu trop son épiderme. Ce fut presque instinctif mais, sa jambe se replia contre sa hanche, ses bras enlacèrent sa nuque pour ne plus qu'elle ne s'éloigne d'elle. Elle esquissa un discret sourire, tandis que quelques images nébuleuses de leur première nuit lui revint en mémoire. Cette sensation de déjà-vu eut eut le don d'attiser davantage ses ardeurs. Seulement, cette fois, elle serait en mesure de lui rendre la pareille (en supposant qu'elle ne s'évanouisse pas avant cela). Ses membres s'agitèrent en un tremblement significatif. La frêle Teresa n'était jamais très loin et, elle se surprenait encore - même sous le joug de l'alcool - à se sentir comme une jeune vierge face au grand méchant loup. Elle inspira difficilement l'oxygène qui lui manquait, pressant toujours plus son bassin contre le sien dans l'espoir d'éprouver ne serait-ce qu'une friction libératrice.

- Tu sais très bien que oui. Sinon, tu ne m'empêcherai pas d'y aller, souffla-t-elle difficilement, le cœur battant à tout rompre.

Un regard brillant de défi, Teresa se fit violence pour repousser la jeune femme. Elle inclina très légèrement sa petite tête brune et arbora une moue clairement provocatrice.

- Mais, on peut encore aller vérifier cette théorie, si tu préfères ?

La bienséance ? Il était clair que cela ne la concernait plus. Ce qu'elle espérait ? Simplement que la jeune femme ne l'aime cette nuit, encore, comme la première fois. Ou, peut-être désirait-elle seulement quelques explications sur cette semaine basée sous le signe du silence ? A moins qu'elle réclamait toutes ces choses à la fois. Cela étant, Teresa finit par écouter l'ordre dicté quelques minutes plus tôt, pour ne plus lui offrir qu'un ensemble sans aucun doute indécent lorsque l'on connaissait la timidité quasi-maladive de la jeune femme.

- Et maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 13:38

    Tentation, tentation… Oscar Wilde a dit que la meilleure façon d’y résister était bien d’y céder. Je ne peux décemment pas y céder ce soir, en tout cas pas comme ça. Elle m’a fait confiance une fois, une fois que j’ai ruiné, moi aussi, sous l’emprise pleine et entière de l’alcool et de la drogue. Elle s’est laissée faire, je l’ai sans doute blessée, mais elle est revenue, ou plutôt restée. S’est laissée faire, m’a fait confiance, et je l’ai « abandonnée » une nouvelle fois. Ma vie professionnelle est tellement prenante et délicate, qu’au moindre faux pas je risque d’appuyer malgré moi sur la détente et de tout faire sauter. Je voudrais l’épargner de tout ça, mais elle revient, à la charge, comme si j’avais la force de résister.
    L’alcool parle pour elle, je ne m’émets aucun doute là-dessus. La même scène, sobre, et elle s’évanouie à coups sûrs. A quoi bon vouloir la raisonner maintenant ? La laisser dire, elle finira par fondre en larmes dans un coin. L’alcool tourne vite.

    - Tu ne tiens même pas debout, tu lui ferais quoi ?

    Chercher à trouver la faille, maladroitement, certes, mais trouver chez elle le bouton off, celui qui me permettra de toucher ne serait-ce qu’un soupçon de lucidité. Sans nul doute enfouie très loin dans un petit coin de sa tête, embrumée par les effets de l’alcool.
    Elle se décide à répondre à ma requête et retire tout ce qu’elle possède, ou presque. Bordel de grand Seigneur ! Je suis pire qu’un homme en boite, incapable de résister au plaisir de la chair quand il se présente à moi et encore moins sous cette forme-là. Devrais-je résister tout de même ? J’ignore quelle solution serait la plus judicieuse… Mon regard la dévore, toute entière… Mon désir ne cesse de grimper, de façon dangereuse, pour elle. C’en est trop pour moi, je ne suis pas une bonne personne, je ne suis pas quelqu’un de fiable.
    Je plaque son corps du mien contre le mur, saisissant fermement sa nuque entre mes doigts, je lui arrache un baiser fougueux. Je passe outre son goût de citron et de tequila, une pointe de sel aussi sans doute. La soirée a dû être festive avant mon arrivée.
    Le bout de mes doigts frôle son ventre, caressent sa poitrine, gonflée par le plaisir en attente, puis je me délecte de son cou, de l’odeur de son corps, avant qu’un éclair de lucidité ne vienne tout foutre en l’air.

    - Bordel, tu fais chier Teresa !

    Son poignet entre mes doigts, je l’entraine fermement dans la salle de bain, la jette sous la douche et ouvre l’eau, froide évidemment. Voyant qu’elle se débat, je m’y glisse aussi, la maintenant sous le jet. Je grelotte déjà tandis que le flot d’insultes ne cesse.

    - Tu la fermes maintenant ! Tu vois dans quel état tu es ?!

    La saisissant par les cheveux, je la tourne face au miroir, inondant la salle de bain au passage, de toute façon, mes fringues sont ruinées… Autant ruiner aussi la salle de bain. Elle m’aura été bénéfique cette soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 14:07

- Pas besoin d'tenir debout pour s'faire prendre, répondit-elle sur le ton de la défiance.

Mais la remarque cinglante qu'elle attendait ne vint jamais. Au lieu de cela, elle reçut vivement le corps de la jeune femme contre le sien, dans un baiser ardant. Elle emprisonna donc celle-ci entre ses bras, gémissant sans retenue à ses paumes qui, couraient avec une avidité sur ses courbes. Andy. Cette femme lui avait terriblement manqué et, elle ne pouvait que le constater une fois de plus. Ses doigts se faufilèrent dans la chevelure blonde, s'y agrippèrent pour encourager ses lèvres qui lui dévoraient présentement l'épiderme. Cependant, cette accalmie fut de courte durée, lorsque la jeune femme se décida enfin à la traîner jusqu'à la salle de bain. Le jet glacé lui fit l'effet d'une violente gifle, lui arrachant quelques plaintes aiguës.

- C'est froid, brailla-t-elle.

Mais Andy la cloîtra contre elle, espérant sans doute apaiser ses agitations désordonnées. Lorsqu'elle se retrouva face à son propre reflet, un silence se déploya. Son maquillage, sombre, avait coulé et faisait ressortir ses yeux bleus, presque rougis par l'alcool. Elle était étonnamment blafarde, plus que d'accoutumé. Teresa frisa légèrement le nez, avant de glousser bêtement. Oui, elle était ridicule. Mais peu lui importait de toute évidence.

- Ça va, commença-t-elle d'une voix plus rauque, je crois que tu n'as pas de leçons à me donner.

Elle papillonna des cils, agrippée au lavabo, puis se fit violence pour se tourner vers Andy.

- Je vais appeler un taxi et rentrer chez moi, articula-t-elle comme elle put.

Grelottant comme une petite fille, elle regagna le salon. Elle se débattit quelques secondes avec sa robe qu'elle enfila par dessus ses sous-vêtements trempées, sans prendre la peine de l'attacher correctement.

- Je ne t'emmerderai plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 14:50

    Elle est vulgaire et se manque elle-même de respect, ce que je ne tolère que moyennement. Demain matin, elle le regrettera, ou peut-être même un peu plus tôt. J’imagine que ce genre de comportement est bien la première fois chez elle, elle finira par rougir de honte, et ce sera à moi de la rassurer. Dieu que je ne sais pas faire ce genre de choses ! Elle me fait outrepasser tout ce que je suis elle aussi, elle me rend plus humaine et je n’ai pas besoin de ça. Ma froideur est mon bouclier, ce qu’il me faut pour me protéger de ce que je fais. Sans ça, je perds tout, je me perds moi…

    - Fermes-là tu veux ? Avance.

    Je la pousse un peu plus contre le mur, histoire de lui faire profiter de tout le jet. Ses yeux se mettent à rougir, ou c’est moi qui le remarque. Son maquillage coule, la rend encore plus attirante et je me fais violence pour ne pas me jeter sur elle. Mais je dois être celle qui se tient ce soir, je lui en veux aussi pour ça. Laissez-moi être moi !
    Je la sors de la douche et lui impose son propre reflet dans le miroir. Je sais qu’elle est mal à l’aise mais si j’arrive à la faire au moins réagir de cette façon…

    - Si, justement. Je ne te laisserais pas devenir comme moi Teresa. Tu vaux beaucoup mieux que ce que tu n’as à offrir ce soir.

    Je me retiens clairement de lui sauter dessus, j’aurais pu lui faire l’amour dans la douche, sur la moquette de la chambre ou le parquet du salon, qu’importe ? Je n’ai aucune retenue quand il s’agit de sexe. Mais avec elle, c’est autre chose. C’est plus qu’un besoin bestial, c’est… presque sentimental. Bon Dieu, supprimez-moi !

    - Tu n’iras nulle part ce soir Teresa.

    Entourant son poignet de mes doigts, je lui interdis de quitter cet appartement tout de suite, plantant mon regard froid et plein de reproches dans le sien.

    - Tu te plais comme ça ?

    Je cesse de la torturer en sentant sa rage poindre, elle risquerait de dire des choses qu’elle finirait par regretter ou que je ne suis pas prête à entendre. Je lui attrape une serviette, que je pose sur sa tête pour lui sécher doucement les cheveux et la fait descendre le long de ses épaules. Je lui retire cette robe qui lui colle à la peau. Elle tremble de froid, moi aussi.

    - Viens te changer…

    Lui tendant la main. Je la fais passer dans la chambre, où je me penche sur mon tiroir à sous-vêtements pour lui attraper quelque-chose de sec. Je redoute ce qui pourrait bien se passer suite à ça. Je ne me reconnais pas, je ne la reconnais pas, et la routine me rassurait, aussi noire soit-elle. En me retournant, je constate qu’elle est en train de jeter un œil au bordel ambiant et à tous les dossiers que je peux avoir sur le feu, confidentiels, cela va de soi.

    - Ne touche pas à ça, tu veux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 16:23

La jeune femme grommela en repoussant Andy lorsque celle-ci s'apprêta à lui retirer sa robe.

- Ça va, j'peux le faire toute seule...

Elle retira comme elle put ses vêtements trempées, et accueillit la serviette sèche dans un gémissement appréciateur. L'alcool ne fusait plus aussi violemment entre ses tempes mais, elle ne parvenait pas encore à réfléchir de manière cohérente. Elle resserra le tissu épais autour de ses épaules, et suivit Andy jusqu'à sa chambre. Là, elle ne put manquer la paperasse qui se déployait sous ses yeux. Sourcils froncés, elle s'agenouilla alors que deux photographies qui présentaient une femme dont le corps inanimé et ensanglanté ne présageait rien de bien joyeux. Elle déglutit, puis releva enfin ses yeux interloqués vers la jeune femme qui lui sommait de ne toucher à rien.

- Tu es flic ?

Elle la détailla quelques instants et secoua sa petite tête douloureuse. Andy n'avait définitivement pas le profil pour appartenir aux forces de l'ordre. Ou alors, la vie possédait quelques aspects ironiques qui lui échappaient. Elle se redressa, un peu tatillonnante, et enfila les quelques morceaux de tissus qu'elle lui avait préparé. Perdue dans ce tee-shirt bien trop grand pour elle, le maquillage encore étalé et ses nattes de chaque côté gouttant encore, elle ressemblait à une adolescente après une soirée trop arrosée. Ce qui, finalement, était plus ou moins le cas.

- Je n'sais même pas ce que tu fais dans la vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 18:40

    Et bien qu’elle se débrouille, je ne sais même pas pourquoi je me bats. Je me dis qu’elle est sans doute en train de prendre le recul nécessaire à comprendre qu’elle vient d’outrepasser chacune de ses limites. Elle n’est pas prête à basculer de ce côté-là de la débauche. Elle est encore trop fragile, et surtout trop innocente, de ce que j’aime chez elle, ce petit côté ayant l’air de ne pas y toucher, mais capable finalement de s’abandonner à un fantasme on ne peut plus profondément enfoui.

    - Non. Et ne regarde pas les photos.

    Elle risquerait d’y laisser un petit peu d’elle-même. Je pensais naïvement que le métier le plus ingrat du milieu était d’être flic, mais au final, avocate impose tout autant de participer à tout ça, de patauger dans ce qui se fait de plus sordide.

    - Je suis avocate. Et toi ?

    Elle doit avoir plus de temps libre que moi, un métier qui lui permet de vivre sainement, elle est moins abimée que moi, elle est même saine d’esprit, qui aurait cru que je serais capable d’attirer ce genre de cas chez moi ? J’ai pour habitude de me mélanger avec les gens de mon espèce et de jouer à celui qui marquera l’autre en premier.
    Je lui ouvre les couvertures, et débarrasse mes dossiers qui trainent pour les empiler dans un coin.

    - Tu ne rentres pas chez toi ce soir. Avec un peu de chance l’autre abruti t’attend sur le palier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 19:10

- Avocate...

Teresa se renfrogna. Décidément, elle n'était véritablement pas grand chose à côté de cette femme. En réalité, elle n'était rien. Son regard s'attarda de nouveau sur le visage désarticulé d'une inconnue pas beaucoup plus vieille qu'elle qui, présentait quelques signes évidents de craintes et d'agonies sur les traits - probablement angéliques par le passé - de son visage. Une grimace déconfite balaya un court instant son minois ravagé par l'alcool, avant qu'elle ne décide de s'éloigner de tout ceci. Elle n'était définitivement pas en état d'avoir un quelconque avis sur la question. Elle y réfléchirait une fois la nuit passée. Elle se glissa sous les couvertures que la jeune femme avait relevé au préalable et soupira bruyamment:

- Je suis caissière. Et je suis des cours du soir.

Elle aurait pu s'expliquer sur cela, mais elle n'en avait clairement pas le courage, ni l'envie. Elle resta là, étendue sur le matelas sans rabattre les draps alors que les différents breuvages qu'elle avait bu lui procuraient quelques bouffées de chaleur désagréable. Un fin rictus étira ses lèvres à la remarque de la jeune femme et, elle ne put s'empêcher de rétorquer:

- J'espère bien.

Teresa se redressa, avançant à quatre pattes près d'Andy pour se placer au dessus de ses jambes, les bras autour de son cou.

- J'ai envie...

Elle se mordit la lèvre, interrompant alors sa déclaration dont le sens était plus qu'évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 19:37

    - Des cours ?

    Je tente de faire la conversation, comment a-t-elle pu finir caissière à prendre des cours du soir alors qu’elle m’a tout l’air d’être le genre de filles que je prenais plaisir à complexer au lycée. Les intellos, je ne les fréquentais pour ainsi dire que dans le seul et unique but d’avoir une note convenable au moment de l’examen. J’étais douée, ce n’était pas le problème, mais j’avais autre chose à foutre de mes soirées qu’à réviser. Imaginez un peu à quoi peut ressembler une vie de capitaine d’équipe des pompom girls. Je n’avais pas le temps pour l’école, uniquement pour ma réputation et les entrainements.

    - Tais-toi, tu ne sais pas ce que tu dis.

    Je retape une nouvelle fois les couvertures pour me faire la place nécessaire, je ne veux pas la laisser sur le canapé, elle risquerait de se morfondre et d’ouvrir une autre bouteille, il ne manquerait plus que ça. J’ignore encore à quoi elle est vraiment prête après avoir bu.
    Elle se met à genoux et joue avec ma patience. J’ignore combien de temps elle jouera comme ça, mais j’ai déjà tellement pris sur moi pour lui résister. Mais je reste une prédatrice, elle joue surtout avec le reste de sa nuit et ce qu’elle risque de devenir à mes côtés.

    - Arrête Teresa, ne joues pas à ça, tu n’as envie de rien. Tu es juste… Regarde-toi, t’es ivre.

    Je m’éloigne du lit pour m’appuyer sur ma coiffeuse, dos à elle.

    - Couche-toi, tu tombes de sommeil…

    Je préfère ne pas croiser son regard, je lutte comme une dingue pour ne pas abuser d’une femme ivre, pour ne pas abuser d’elle surtout, elle qui est… si différente. Si précieuse à mes yeux. Trop pour que je ne réitère la même connerie que la fois précédente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 19:57

A dire vrai, Teresa se fichait pas mal de la conversation. La seule chose qu'elle désirait, c'était Andy; sous elle, sur elle, en elle. Peu lui importait, elle ne voulait que sentir la chaleur de sa peau, que la douceur de ses baisers, la fougue de ses gestes. Mais, encore une fois, elle essuya un énième refus. Non sans souffler d'exaspération et de frustration, elle observa la silhouette de son amante se découper dans la pénombre.

- Tu ne veux plus de moi ?, demanda-t-elle avec un brin d'enfantillage et de séduction dans la voix.

Si elle avait appelé Andy ce soir, ce n'était pas uniquement pour déverser son amertume, non. C'était par manque, bien entendu, et avant tout parce que son corps réclamait le sien avec un appétit insupportable. Elle n'avait jamais été très avide en ce qui concernait le sexe mais, avec Andy, tout était différent. Elle se redressa alors sur ses genoux, ne quittant pas le matelas, de façon à ce que son reflet ne transparaisse dans le miroir de la coiffeuse devant laquelle elle se trouvait.

- Pourtant... je croyais que tu avais aimé ça... me prendre, m'entendre jouir...

Elle glissa ses mains le long de ses propres courbes, jusqu'à venir buter sur le sous-vêtement qu'elle lui avait gentiment prêté quelques minutes plus tôt. Là, elle osa franchir les barrières de l'indécence en se caressant ouvertement sous les yeux d'Andy, non sans libérer quelques soupirs significatifs.

- Hm, j'ai tellement aimé ça, moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 20:16

    A son avis ? Bien sûr que j’ai envie d’elle et tout le problème est là. Si je m’écoutais, depuis le début, nous aurions déjà visité l’appartement dans toutes les positions possibles. Mais je connais assez ma personne pour refuser d’imposer ça à une personne non consentante. Elle aurait même légalement le droit de porter plainte demain pour viol, et gagnerait devant le grand jury.
    Elle joue avec les limites que je m’impose depuis tout à l’heure, je me bats, comme je peux, mais je vais finir par devoir lui dire que je ne suis plus capable de rien, encore moins de raison.
    Et voilà qu’elle entame un nouveau numéro, numéro que j’observe en croisant son regard dans le miroir de ma coiffeuse. A quoi bon ? A quoi bon lutter ? Elle aura tout fait pour que je craque, je me considère comme une droguée, une droguée du plaisir de la chair. Je n’ai à me justifier de rien, je suis une grande fille.

    - Arrête Teresa bordel… Bien sûr que j’ai aimé ça.

    Elle n’a donc rien d’autre de prévu que de foutre ma soirée en l’air ? Et la sienne, demain, elle le regrettera, et on va se quitter comme ça, je ne suis pas quelqu’un de bien, et je le prendrais en pleine tête. Elle aura raison et je le sais.
    Quand elle déplace ses mains sur son propre corps, je fais un genre de transfert et les imagines sur le mien. C’en est trop, je craque et me retourne pour la saisir par les bras et l’asseoir sur ma coiffeuse, à l’endroit où je prenais appuie une seconde plus tôt.

    - Tu vas le regretter. C’est ce que tu veux ?

    Ses cheveux dans une main, qui me permettent de tenir sa tête en arrière, sans la heurter, mais qui me permet de dévorer son cou de baisers assez sensuels pour m’enivrer toute seule. Je colle mon corps au sien, sens ma poitrine se durcir à son contact, tout mon corps appelle le sien.

    - Ne joue pas comme ça avec moi…

    A partir de maintenant, elle mène la danse, elle qui m’arrêtera, je ne réponds plus de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 20:28

La suite se passa tellement vite, que Teresa n'eut le temps que de libérer un gloussement éhonté lorsque son échine rencontra le miroir de la coiffeuse. Elle planta un regard incroyablement mesquin et emplie de désir, alors qu'elle se mordait la lèvre en entourant sa taille de ses jambes. Teresa n'était plus. Teresa avait disparu. Il ne restait plus qu'un bouillonnement imprévisible de fantasmes inassouvis et de frustrations quotidiennes. Ses traits n'avaient plus rien de la douceur, de la candeur de la première fois. Ils suintaient désormais tout l'érotisme dont elle pouvait faire preuve, mais également toute l'avidité qu'elle éprouvait à cet instant. Elle rapprocha son bassin du sien, exagérément cambrée, alors qu'elle remontait ses lèvres le long de sa gorge jusqu'à son oreille.

- C'est toi que je veux.

Sa petite tête brune bascula vers l'arrière lorsque les doigts d'Andy s'y perdirent. Elle cramponna fermement ses épaules, le souffle relativement court. Son cerveau avait court-circuité depuis longtemps maintenant. Elle engagea un mouvement sensuel du bassin, afin de chercher la moindre friction, tandis que sa main vint se refermer délicatement autour de son menton.

- Je ne veux plus jouer, déclara-t-elle plus sèchement qu'elle ne l'aurez voulu, prends-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 20:56

    Comment je résiste moi ? Maintenant qu’elle me sort ce genre de choses, les yeux dans les yeux ? Je suis le genre de femmes qui l’aurait déjà prise n’importe où, sans les moindres sommations d’usage, peut-être même dans la boite, dans les toilettes de la boite, n’importe comment, pour peu d’échapper à la frustration la plus profonde. Mais Teresa est différente, je la sais fragile, je la sais novice, et la première fois que j’ai eu l’occasion de lui faire l’amour, j’ai fini par lui faire assez peur pour qu’elle file au petit matin sans que je ne le lui demande. Je ne me souviens pas de grand-chose, malheureusement.

    - C’est t’envoyer en l’air que tu veux.

    Mettons les choses au clair, tandis que j’agrippe le col de son t-shirt pour la rapprocher de moi, et glisse sous le tissu une main avide de parcourir moi-même ses courbes.
    Elle abandonne toute minauderie et me fait une demande en bonne et due forme. On est d’accord, je ne viole personne, c’est même presque le contraire !
    Je ne peux me permettre de la faire attendre, saisi sa nuque et la penche en arrière dans le but d’avoir meilleur prise sur son intimité que je caresse quelques secondes pour en apprécier toute l’envie qu’elle dit avoir de moi et pénètre son for intérieur. Prenant soin de ne pas oublier la zone sensible en m’insérant en elle.

    - Tu ne teindras jamais le coup…

    Me délectant des expressions de son visage, de ses soupirs de plaisir et puis finalement, de sa poitrine que je prends en bouche avec douceur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 21:21


- Non, non c'est toi que je veux...

Sa voix ne devint plus qu'un gémissement appréciateur, alors qu'elle sentit enfin Andy se fondre en elle. Elle délaissa ses épaules pour venir agripper le rebord du bureau, tandis qu'elle écartait davantage les cuisses pour lui faciliter un peu plus le passage. Elle bascula sa petite tête vers l'arrière, la bouche grande ouverte en quête d'oxygène, alors qu'elle sentait tout son corps répondre avec une ardeur qu'elle ne se connaissait pas aux gestes de la jeune femme. Ses traits se tendirent délicieusement par le plaisir qui la submergeait présentement par vagues incessantes. Sans réellement l'assimiler, Teresa ondula frénétiquement son bassin afin de sentir avec plus d'empressement ses intrusions.

- Oh oui, oh Andy, soupira-t-elle bruyamment.

Sa tête lui tournait avec délectation. Elle se sentait perdre pieds inexorablement, comme au bord d'un précipice. L'une de ses mains retrouva finalement sa nuque, alors qu'elle incita la jeune femme à la regarder dans les yeux.

- Je...

Mais elle n'eut pas le temps d'achever sa phrase, que ses muscles se rétractèrent d'un plaisir sans nom, qui la souffla jusqu'à la moelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 21:40

    A sa révélation, mon baiser se fait plus tendre, plus concerné, moins compétitif, moins provocateur. Elle est de celles à qui j’ai envie de faire plaisir, pas de la faire taire. Elle est de celles que je ne connais pas encore, qui m’effrayent par ce qu’elle peut provoquer en moi. Elle est de ces femmes que je redoute, que je ne parviens pas à éloigner de moi, qui restent dans ma tête, qui détruisent tout par leurs sentiments et… concentre-toi Andy, tu n’as d’habitude peur de rien.
    Ses soupirs de plaisir et ses supplications me font sourire et m’excitent d’une façon qu’elle ne peut décemment pas soupçonner.
    Mais elle en vient vite au point de non-retour et ne parvient même plus à articuler quoi que ce soit qu’elle se laisse aller à moi. Complètement. Elle vient et tout ce que je peux faire est la soutenir, pour ne pas qu’elle s’écroule. Epuisée, elle retombe mollement entre mes bras.

    - Lève-toi, doucement…

    Je l’aide à descendre, la prend dans mes bras, la serre contre moi, caresse doucement sa peau, son dos, ses courbes. La sentant chancelante, je l’allonge sur le lit, la recouvre du drap, et me glisse contre elle pour l’embrasser. La déshabillant de son t-shirt que je trouve bien trop encombrant à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 21:50

Il lui fallut bien quelques minutes pour récupérer une petite partie de ses esprits. Elle papillonna des cils, espérant chasser les quelques petits points lumineux qui virevoltaient scandaleusement devant ses yeux. Elle avala difficilement sa salive et, aidée par Andy, se remit lentement sur pieds. Elle n'émit aucune résistance, lorsque la blonde l'incita à s'allonger entre les draps. Au contraire, elle ne put que pousser un gémissement d'apaisement, tandis que ses muscles se détendaient progressivement. A son tour, elle délesta la jeune femme des quelques morceaux de tissus superflus qui couvraient encore ses courbes. Elle lui offrit un sourire plus tendre, moins provocateur et déposa délicatement sa paume au dessus de son cœur pour la pousser à s'allonger complètement sur le matelas.

- Je ne suis pas en sucre, chuchota-t-elle dans un sourire amusé.

Elle se hissa alors sur elle et, arpenta sa peau du bout des lèvres, inspirant profondément ses effluves, avant de disparaître sans préavis entre ses cuisses. Elle n'avait pas encore entrepris une telle chose mais, l'alcool semblait lui donner des ailes. Sa bouche vint alors embrasser la partie la plus intime de son anatomie, tandis qu'elle laissait ses doigts effleurer son abdomen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 71


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 22:10

    Je suis encore en train de chercher la bonne mesure pour l’apprivoiser, lui donner envie de rester, pas seulement envie de moi sur le moment, deviendrais-je sentimentale ? Quelle horreur. Je la dépose sur le matelas, à la manière d’une poupée de porcelaine, ça ne me ressemble pas le moins du monde, mais ce genre de rapports ne me ressemblent pas le moins du monde quoi qu’il en soit.

    - Ce n’est pas l’impression que tu donnes…

    Je la laisse faire, elle entreprend une nouvelle fois de préparer tout mon être à un peu plus de plaisir, sauf que cette fois-ci, elle semble vouloir elle-même prendre les choses en main. Je m’allonge sur le dos comme suggéré, puis la laisse venir à moi, surprise de la facilité avec laquelle elle s’occupe de moi. Mon corps tout entier se cambre, mes muscles se tendent à son passage, puis elle atteint les choses sérieuses, visiblement à l’aise.

    - Teresa, Bon Dieu…

    Une main dans sa chevelure brune, je l’incite à poursuivre quand je sers de ma main libre le drap froid, que je ne tarde pas à réchauffer de mes envies les plus profondes.

    - Prends-moi, n’attends pas…

    Murmurais-je le souffle presque coupé. Sa langue procure cette sensation de non contrôle, cette envie de tout, d’abandon, à elle, pleine et entière, même si je réfrène clairement ce total lâché prise qui lui donnerait le pouvoir de me détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☞ MESSAGES : 77


MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   Ven 13 Mai - 22:25

Teresa se perdait inexorablement. Mais, contrairement à son état naturel, elle ne voulait pas revenir de ces eaux troubles auxquelles elle s'abandonnait ouvertement. L'alcool annihilait le trop plein de conscience qu'elle s'évertuait à conserver quotidiennement. Mais au Diable cette conscience, quand elle lui interdisait de vivre de tels instants ! Elle sourit imperceptiblement contre sa peau finement humide, alors que Andy répondait avec entrain à ses audaces. Elle ne put contenir plus longtemps un léger gémissement à sa demande et, interrompre les baisers brûlants qu'elle déposait entre ses cuisses, Teresa s'immisça doucement en elle. Cette femme lui donnait des ailes. Il n'y avait plus aucun doute possible. Les effluves d'absinthe semblaient vouloir se terrer dans un coin reculer de son anatomie, pour ne laisser plus qu'une Teresa en proie à ses propres désirs. Mais elle n'était plus certaine de vouloir comprendre quoi que ce soit. Ce qu'elle éprouvait aux côtés de Andy la comblait. Et, si elle n'était pas douée lorsqu'il s'agissait des sentiments, elle ne pouvait nier cette évidence à la fois douloureuse et délicieuse: elle tombait amoureuse. Mais, Teresa n'était pas dupe; elle se doutait bien qu'une femme comme Andy ne lui retournerait jamais son amour. Cela étant, profiter de ce que l'on reçoit, ne pas se poser davantage de questions, n'était pas, justement, un des principe fondamental ? Bien entendu, sans doute serait-elle à ramasser à la petite cuillère lorsque la jeune femme ne voudrait définitivement plus d'elle. Mais, elles n'en étaient pas encore là. Et, elle ne pouvait taire cet espoir qui persistait à s'égosiller entre ses reins. Teresa accentua alors ses intrusions, tout en se redressant pour pouvoir embrasser avidement ses lèvres. Profiter de l'instant présent, voilà ce qu'elle faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: It doesn't matter | Andy K.   

Revenir en haut Aller en bas
 

It doesn't matter | Andy K.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grey's Anatomy RPG :: THE GLOCH-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit