AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This Glance changed my life || One Shoot || Flood-On

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin Frederic ▬ Take me back to the start.

☞ MESSAGES : 2495


MessageSujet: This Glance changed my life || One Shoot || Flood-On   Mar 8 Mar - 14:31

This glance changed my life.



crédit Eden Memories & White Rabbit

J’ai découvert ma raison de vivre en compagnie de cette femme. Je vivais pour rien avant sa rencontre, c’était à un gala. Un gala de charité, nous y allons tous parce que nous avons besoin d’une image de marque. J’y étais allé dans l’optique de trouver une femme avec qui passer la nuit seulement, non pas repartir avec le cœur changé. Mes amis et moi sommes arrivés en avance, nous avons commencé par boire du champagne et par faire quelques photos pour souvenirs. Et elle est arrivée, seule, cette femme, une jolie blonde le regard froid, la peau pâle, le regarde pénétrant. Magnifique, c’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit lorsque j’ai croisé son regard. J’ai directement écrasé ma cigarette pour la rejoindre, mais je ne pus le faire. Un homme d’une quarantaine d’années se mit à côté d’elle, sa main droite sur ses hanches. C’était son mari ? Son frère pourquoi pas, je ne savais pas, mais il venait de gâcher ma soirée. Mes collègues m’ont dit de ne pas m’en faire que des femmes il y en a des tonnes, mais pas comme elle. Son prénom ? J’aurais tout donné pour le savoir ce jour-là. Je me suis alors remis au comptoir sur une chaise haute, un verre de whisky en main. L’ami de ma belle est venu s’installer à côté de moi, son sourire conquérant, fier de lui m’a donné la nausée. Je ne connaissais pas cet homme et je ne voulais pas le connaitre. Il m’a souris comme un innocent et c’est là que j’ai vu son alliance, il était donc son mari. Un certain Andrew Alexander Montgomery un homme d’affaire mondialement connu grâce à sa fortune et sa ligne de banques. Cette femme vivait dans l’ombre d’un mari plus qu’imposant, il semblait tout sauf honnête, je ne supportais pas cet homme, je ne le supporte toujours pas. J’ai bu mon verre rapidement avant de m’allumer une cigarette et quitter le comptoir, son odeur me répugnait. J’ai fait quelques pas dans l’immense salle ou la musique rythmait l’ambiance, j’ai décidé d’aller dehors, au frais, au silence, loin de cette ivresse et de cet homme. Le visage de cette femme ne quittait pas mes pensées, je ne voyais qu’elle, ses lignes de visage parfaites, son regard, ses lèvres, son nez tout. Une obsession voilà ce qu’elle était. J’en avais peur, parce qu’auparavant jamais cela ne m’était arrivé. Moi les femmes c’est un coup dans le lit et puis c’est terminé. Sorti dehors je resserrais mon écharpe autour de mon coup, soufflant la douce fumée de ma cigarette qui s’envole avec l’aide du vent. & c’est là que je l’ai vu une seconde fois seulement, mon cœur s’est emballé, mes joues se sont rosies et mon regard s’est abaissé devant cette beauté. J’ai fait quelques pas vers elle, la peau de ses épaules au vent prenant le froid. Tendrement j’ai retiré ma veste pour la lui poser sur ses épaules. Je ne la connaissais pas, je ne savais rien d’elle, mais je suivais mon cœur, pour la première fois. Automatiquement son visage s’est retourné vers le mien, nous ne nous sommes pas quitté du regard pendant au moins une minute jusqu’à ce qu’une de ses mains vienne se poser sur une des miennes. Un frisson prenant possession de mon corps tout entier m’avait fait retirer ma main. « Merci… » Voilà ce qu’elle m’a dit juste après cet échange. Elle s’est alors mise assise sur les marches devant l’immense porte d’entrée de la salle de gala qui est à vrai dire la salle d’un ancien château réaménagé. Je me suis installé à ses côtés sans un mot, collant presque mon épaule à la sienne, c’est alors qu’elle m’a pris ma cigarette pour la terminer avec un sourire en coin qui m’a fait fondre. Je sais que je ne suis qu’un pauvre coureur de jupons, que je ne pense qu’au sexe, mais là, c’était une situation complétement différente, cette femme est différente des autres. « Frederic, enchanté… » Lui disais-je en tendant ma main vers elle. « Nicole, de même… » Elle m’avait à nouveau sourit et à nouveau j’avais baissé les yeux tout en serrant sa main, sa longue main fine que j’ai caressé du pouce sans m’en rendre compte. J’ai finis tout de même par la lâcher et mettre mes mains sur mes genoux fixant le ciel clair ou l’on pouvait voir toutes les étoiles. « Vous… Vous savez, je devrais rentrer… Si mon mari me voyait avec vous, il serait… Il serait fou de rage… » Subitement elle s’est levée gardant ma veste sur ses épaules. A mon tour je m’étais levé le regardant un peu stupéfait de sa réaction si abrupte. J’étais déçu à vrai dire, je n’avais même pas eu le temps de lui dire autre chose que mon prénom. Elle m’a rendu ma veste avant de s’en aller rapidement d’un pas hésitant tout de même. Son parfum m’est venu aux narines, j’ai pris une longue inspiration ma veste dans les bras. Ma veste possédait son odeur, jamais je ne voulais qu’elle sente autre chose. Nous aurions pu faire la scène de Cendrillon, j’aurais tout donné ce jour-là pour qu’elle perde l’un de ses escarpins que j’aurais été lui remettre au pied tel un prince charmant. Mais, elle est rentrée, elle est partie se réfugier dans les bars de son mari pour le slow de la soirée, quant à moi, je suis allé me mettre sur les chaises des célibataires, je m’étais fait accoster par cinq filles différentes pour aller danser, mais je n’avais d’yeux que pour elle. Je savais que je n’allais jamais pouvoir l’avoir pour moi, parce qu’elle était inaccessible. Tant pis, je mettais ma soirée en l’air pour elle. Elle dansait dans les bras de son mari, elle semblait distante avec, presque apeurée. J’étais persuadé que son couple ne fonctionnait pas comme l’image qu’il donnait. Son mari, c’était un enfoiré, il ne devait même pas prendre soin de sa femme, peut-être même qu’il lui faisait du mal, peut-être pas physiquement, mais moralement et Dieu sait que c’est parfois bien pire. Mais je ne pouvais rien faire, je n’en avais pas le droit après tout cette femme, je ne la connaissais pas, juste son prénom et son nom de famille. Ô belle Nicole… Mes pensées te sont toutes adressées. Le slow finit, elle est restée avec son mari, pour faire tapisserie, son sourire crispé en façade devant l’arrogant et l’imposante posture de son mari. Je n’avais qu’une envie c’était de l’enlever et de partir avec elle, de passer mes journées & mes nuits avec, rien qu’à la contempler. J’ai finis par me lever de ma chaise pour aller prendre mes affaires dans les vestiaires, je ne pouvais pas rester, j’étouffais de la voir avec cet enfoiré de première et il fallait que je l’oubli, que je fasse une croix dessus et pour cela, je n’avais besoin que d’une chose, d’une bonne cuite. Ma veste sur les épaules j’allais signer le registre afin d’apposer ma signature pour le livre d’or de la soirée, historie de donner un nom avec ma photo. Cigarette en bouche, j’ai descendu les escaliers ne regardant pas derrière moi. « Nicole Kennedy, je suis chirurgienne… » Une voix m’avait fait me retourner, elle, elle venait de me donner son métier, dans le but de quoi ? Que sais-je, je la regarde, c’est comme si ma gorge se serrait, comme si c’était la dernière fois que j’allais la voir. Elle n’a même donné son nom de jeune fille. J’ai souri malgré cette gorge très serrée. « Bonne soirée alors, mademoiselle Nicole Kennedy… » Ma voix s’était fait fuyante, je n’avais pas la force de lui parler, c’était comme si je disais au revoir à quelque chose de magique, quelque chose qui aurait pu changer ma vie. C’était bien trop dur. Je me mordais l’intérieur de la bouche alors qu’elle descendait à ma rencontre, je ne savais pas ce qu’elle allait faire, je ne me doutais de rien, je pensais être le seul à ressentir ses petites vibrations dans le bas du dos. Manifestement non. Lorsqu’elle apposa ses lèvres sur les miennes, ses mains sur mes joues, j’étais pris sous la surprise. Je n’ai pas eu le temps de réagir, à peine ma main droite c’était posé sur son dos, elle s’était volatilisée, comme un rêve.
Nicole…

__________________________


You're the only one.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: This Glance changed my life || One Shoot || Flood-On   Mar 8 Mar - 15:51

    Je suis jalouse ! (Mais c'est bien)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin Frederic ▬ Take me back to the start.

☞ MESSAGES : 2495


MessageSujet: Re: This Glance changed my life || One Shoot || Flood-On   Mar 8 Mar - 15:56


    Meredith I. Adler a écrit:
    Je suis jalouse ! (Mais c'est bien)
    Ne le sois pas ma belle (:
    Merci de ton avis :D

__________________________


You're the only one.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: This Glance changed my life || One Shoot || Flood-On   

Revenir en haut Aller en bas
 

This Glance changed my life || One Shoot || Flood-On

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grey's Anatomy RPG :: ÉCRITURES & POÉSIES-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit